‘’La République de Ratoma’’ vue par Ousmane Gaoual

« Ratoma n’est pas un territoire occupé, ni une République à part, ce n’est pas un groupe sécessionniste qui vit là, ce sont des guinéens qui sont fatigués de la corruption, du mensonge, du délit, de la haine, de l’impunité et qui dénoncent cela quotidiennement dans leur vie. »

Ousmane Gaoual Diallo se pose en véritable défenseur de ce qu’un certain François Soudan a appelé outrageusement ‘’La République de Ratoma’’. Le député s’insurge ainsi contre la présence massive et outrancière des forces antiémeutes jusque dans les ménages où elles s’invitent en cassant des portes, des voitures, frappant des pensionnaires, renversant des marmites au feu, etc. Ousmane Gaoual a déjà trouvé l’instigateur principal de ces exactions.

Il s’agit selon lui du Général Baldé Ibrahima. Lequel « a donné instruction fermement de faire cette répression pour venger ce gendarme qui est mort dit-on assassiné par un coup de cailloux alors que certains disent qu’il est tombé du camion en essayant de rattraper ses collègues dans le camion. »

Dans la presse locale, le député UFDG estime qu’Ibrahima Baldé répondra « directement un jour ou l’autre de cette forfaiture parce que ce n’est pas permis. Il faut que cela s’arrête. Sans aucune violence, aujourd’hui les jeunes de la Commune de Ratoma subissent les courroux des extrémités du RPG qui sont tapis le plus souvent dans les rangs des forces de défense et de sécurité. Il faut que cela cesse, parce que ce sont les ingrédients d’une révolte puissante qu’ils sont en train ainsi de faire. Les guinéens sont fatigués. La journée ville morte apporte clairement la preuve. » Cette partie de la capitale porte encore les stigmates de la barbarie des forces de l’ordre. C’est ce que veut nier la Gendarmerie…

Jeanne Fofana,www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.