Labé : 48 heures après, le courant électrique est de retour dans les foyers

Depuis le dimanche 28 août  2016, les populations de la préfecture de Labé , située au centre du pays renouèrent  avec une grandissante obscurité  sans que les responsables de la guinéenne de l’électricité ne communiquent.
Ce mardi matin , les responsables de l’agence régionale de l’EDG ont convié la presse locale en compagnie du gouverneur de région de se rendre sur les lieux où la panne électrique était survenue , situés entre les préfectures de  Pita et Dalaba.
Selon  Sadio Tolno , chef service du barrage de kinkon c’est  : «  une décharge électrique qui a fait fondre les chaines et toutes les accessoires liées à ce câble, donc immobilisant du coup l’alimentation de toutes les zones de Labé et Pita. Les câbles sont à terre complètement calcinés  qu’on ne peut plus utiliser ». Avait-il fait savoir.
Et de renchérir sur la vétusté des installations : « La ligne n’est pas protégée.  La seule protection qui existe c’est un isolateur qui est au niveau de chaque pilonne mais pas de câble de garde  et aussi le réseau a été construit dans les années 1966.» A-t-il regretté.
De son côté,  le gouverneur Saadou Keïta a indiqué avoir pris l’initiative d’aller sur les lieux de la catastrophe pour constater les vraies causes de la panne.
Quant à Elhadj Madiwou directeur de l’agence d’EDG (électricité de Guinée) de Labé  , il a rappelé la péripétie des pannes qu’ils ont connues durant le week-end  : « Nous avons été informés le dimanche qu’une branche d’arbre est tombée  sur la ligne au niveau de Bounliwell et nous avons dépêché  une équipe. ils ont fait le constat, nous avons  trouvé le matériel du côté de Labé ensuite l’équipe est allée réparer  la panne et pendant qu’on reparait cette panne, nous avons été informés qu’une autre panne  a eu lieu à Bondoukou ( Pita)  ».
Les techniciens ont réussi à remettre les lignes en marche car les habitants de Labé ont hier 19 heures le courant électrique dans leurs habitations.
Le seul reproche fait à l’égard de la société c’est le mutisme quand il s’agit de communiquer. Espérons que le service de communication de l’agence s’activera pour relever ce défi qui lui colle à la peau.

Sally Bilaly Sow, correspondant kabanews à Labé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.