Labé : La carrière de Hakkou thiandhi fait l’objet de convoitise

La carrière de Hakkou thiandhi, dans la préfecture de Labé, fait l’objet de plusieurs convoitises.

De nombreux jeunes de la localité et même des étudiants se donnent rendez-vous pour monnayer leur force de travail afin de pouvoir joindre les deux bouts.

Ce sont plus de 300 personnes qui exploitent cette montagne avec tous els risques liés à ça pour sortir le sable dans les différentes galeries de Hakkou thiandhi.

Après sondage, des personnes sont sélectionnées pour le bourrage et d’autres pour le transport.

Jean Robert Haba,  étudiant en lience2 à l’université de Labé est dans cette carrière depuis 2015. Avec l’arrêt des cours, il vient chercher de l’argent pour subvenir à ses besoins.

«  Pour éviter les risques, on devait avoir casquettes,   protéger la tête des gants  et des chaussures de sécurité car c’est travail qui devait être mécanisé.

Divisé en deux groupes pour l’extraction de sables des forages, ce candidat de Baccalauréat  est de la catégorie des fossoyeurs.    

  Antoine Haba ne gagne que le prix d’une brouette remplie :

 « Pour transporter 100 broutes on a 100 000 mille », explique ce jeune élève.

Pour Mamadou Aliou Sow, l’un des exploitant de cette carrière de Hakkou thiandhi  depuis 2008, « Pour charger, ce sont les chauffeurs qui payent maintenant leurs apprentis si tu as dix transporteurs, tu peux avoir 3 à 5 chargements parfois par jour », explique cet Instituteur de profession.

Selon nos informations, depuis le début de l’exploitation de cette carrière, plus d’une dizaine de personnes ont perdu la vie.

Ces dernières semaines, il y a eu une discorde autour de la clé de répartition des taxes issues de l’exploitation de cette carrière entre les autorités de Labé.

De Labé Souleymane Camara pour www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.