Labé: les jeunes manifestent leur colère et le gouverneur joue au sapeur-pompier

La tension était vive ce mardi 16 septembre 2014 entre la coalition des jeunes citoyens de Labé  et les forces de l’ordre  notamment l’escadron mobile et la CMIS.  Les jeunes en colère ont brulé de pneus et barricadé la route au niveau du rondpoint de Hoggo M’bouro. Ils demandent toujours le départ sans condition de Samba Diouma Camara leader du mouvement DJOKEN Alpha 2015 à la tête de la Maison régionale des jeunes et du CECOJE

 Pendant ce temps (aux environs de 12 heures) les autres étaient en enclave  avec le gouverneur de région pour tenter de désamorcer la crise. Aussitôt informé  de cette nouvelle inattendue le gouverneur de région Sadou Keita a ordonné l’arrêt des négociations en cours en attendant que les affrontements soient arrêtés.

Sur les lieux jets de pierres et autres objets ont raisonné entre forces de l’ordre et manifestants  avant l’arrivée des jeunes qui étaient au niveau du gouvernorat qui finalement ont réussi à calmer les esprits de leurs collègues surexcités.

Une seconde chance donnée aux  négociations

À 15 heures, les deux parties se sont retrouvées à nouveau dans le bureau du gouverneur en présence de son conseiller chargé à la gouvernance  Ouremba Traoré  et de l’inspecteur régional de la jeunesse.

Prenant la parole, le porte-parole des jeunes Mohamed Faziziou Baldé est longuement revenu sur le différend qui les oppose à Samba Diouma Camara actuel directeur de la Maison régional des jeunes  et chef CECOJE dont le point saillant est la mauvaise gestion de ces deux structures.

« Je remercie les jeunes d’avoir opté pour le pacifisme »

Ouremba Traoré, conseiller à la bonne gouvernance  du gouverneur a remercié les jeunes d’avoir opté pour le pacifisme. Selon lui, seule la voie pacifique pourra résoudre ce différend.

« L’affaire est teintée de politique. La sensibilité  politique d’une personne ne m’intéresse pas ». Introduit Sadou Keita.

Connu pour  son franc parlé, le gouverneur  de région  Sadou Keita a martelé que : « dans l’exercice  de la fonction d’un fonctionnaire, sa sensibilité politique ne m’intéresse pas. Tu viens tu t’occupes de ton travail sinon je te descends et je rends compte ».

Selon Sadou Keita, les  jeunes ont brisé certaines étapes, avant de remuer la salle : «  vous devriez énumérer tous les problèmes et venir me les soumettre. Pour l’enlever c’est facile  et difficile. Parce que vous avez dit que ce n’est pas négociable. Je suis loin d’un démagogue ».

« Samba est dans le même échelon que les autres fonctionnaires »

Il a  tout de même soumis aux jeunes des différentes propositions :

« Vous avez le choix de reprendre votre lettre en me l’adressant directement. Dans la lettre vous allez inscrire tous les problèmes. Nous allons envoyer une mission d’inspection sur le terrain en compagnie de vos représentants pour constater les faits vous ou bien  vous me dites que vous ne partagez pas à ce que Samba soit le directeur général ».

Ce troisième choix  pourrait être très sévère : «  enfin vous allez me dire pourquoi on aime pas que les politiques gèrent des structures publiques. Nous allons recenser tous  ceux qui sont  sous-préfets, directeurs des écoles et autres, on regarde la sensibilité politique de tout un chacun et ensuite nous allons prendre une décision pour  les enlever. Parce que Samba est dans le même échelon que les autres fonctionnaire ».

« Je ne verserai pas du sang à Labé »

« Je voudrais vous demander de calmer  ce jeu, c’est ne pas votre jeu. Si vous voulez brûler notre maison commune, brûlez, je ne tuerai pas quelqu’un je ne ferai jamais du mal à quelqu’un. Tout ce que je vais vous dire sortez de la politique. Je ne verserai pas du sang à Labé» : conclut-il.

« Notre présence ici c’est ne pas de parler  de sensibilité politique »

En réponse à l’intervention du gouverneur, l’un des jeunes a réagi en apportant des éclairages sur leur démarche : «  la  Maison des jeunes n’est pas fonctionnelle. Notre présence ici c’est ne pas de parler de sensibilité politique. Notre préoccupation c’est du fait qu’elle n’est pas fonctionnelle. Nous avons dépassionné les débats  Monsieur le gouverneur.

« C’est une émission qui est passée sur les ondes de GPP FM (radio privée de la place) qui a voulu politiser les débats .loin de là, Monsieur le gouverneur. Aidez-nous » plaide-t-il.

La rencontre a pris fin aux environs de 17 heures, espérant que les jeunes iront rencontrer leurs mandants pour  les expliquer les propositions faites par le gouverneur. En attendant d’autres jeunes ne seraient pas satisfaites de la médiation du gouverneur qu’il colle «  de soutenir Samba Camara ».

Affaire à suivre.

 Sally Bilaly Sow, correspondant Kabanews à Labé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.