Labé-Mali : l’entreprise SKS a dix jours pour la reprise des travaux

La société Keita et Sylla (SKS) traine les pas dans les travaux de reprofilage de la route Labé-Mali, longue d’une cinquantaine de Kilomètres. L’avance de démarrage est estimée à plus de 500 millions GNF. Ce montant a déjà été perçu par l’entreprise SKS et les travaux devraient pouvoir démarrer à l’approche de la saison hivernale.

Une visite sur le terrain d’une mission du département des Travaux publics a permis de comprendre que SKS ne s’est limitée qu’au premier coup de pioche. Ce retard accusé hérisse les poils de la ministre des TP qui menace d’ailleurs de résilier le contrat et contraindre ladite entreprise à rembourser le montant dû. La ministre s’est par ailleurs insurgée contre les garanties faites par une société d’assurance en lieu et place d’une banque. Selon le chef du département des TP, un courrier est déjà adressé à SKS et un moratoire de dix jours est donné à la société.

Quelques jours donc de sursis sont acquis, même si, sur les ondes de la radio nationale, l’un des patrons de SKS dément les allégations de la ministre, arguant que sur le terrain, le travail se poursuit et que bientôt, ils vont s’achever. Cette situation d’avance de démarrage relance le débat sur la performance et l’efficacité des entreprises nationale ainsi que la transparence dans la passation des marchés publics.

Des milliards GNF se volatilisent ainsi chaque année et les travaux abandonnés au stade primaire. L’entrepreneur lui se la coule douce avec ses complices tapis dans l’administration publique. La ministre le sait plus que quiconque. Trop de bruit pour rien. Elle abandonne les chantiers de Conakry qui engloutissent beaucoup plus de sous pour s’occuper des petites entreprises.

Démagogie, quand tu nous tiens !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.