L’affaire de barrages à répétition à Boké: « c’est le synonyme du terrorisme urbain » (préfet)

Le préfet de Boké, Aboubacar M’Bopp Camara a animé mardi, 20 mars 2018 un meeting de sensibilisation avec pour toile de fond, recueillir la perception des jeunes et femmes autour des questions de développement et trouver les voies et moyens pour mettre un terme aux barricades illégales dans la préfecture de Boké.

Cette rencontre, 3ème du genre, a été présidée par le gouverneur de Région, le général de Brigade, Siba Sévérin Loholamou.

C’était en présence des jeunes et femmes leaders des quinze (15) quartiers et districts de la Commune Urbaine (CU) de Boké ainsi que les leaders des confessions religieuses.

Dans son discours introductif, le Secrétaire général de la CU de Boké, El Hadj Nouhan Kaba a précisé que, «la présente réunion s’inscrit dans le cadre de la culture de la paix, de la cohabitation pacifique, après une multitude de remous sociaux ayant caractérisé la vie sociopolitique et économique de la population de la préfecture de Boké.

De son côté, le préfet Aboubacar M’Bopp Camara a indiqué qu’avec la présence massive des sociétés minières, la préfecture de Boké est devenue une zone sensible.

Aujourd’hui, a-t-il ajouté, «L’affaire de barrages à répétition dans la préfecture de Boké, c’est le synonyme du terrorisme urbain…»

C’est pourquoi M. Camara a invité les chefs des 15 quartiers, les pères et mères de familles à prendre leurs responsabilités pour stabiliser leurs quartiers et mettre fin à la pagaille.

Plus loin, le premier responsable de la préfecture de Boké a promis de lutter contre l’occupation anarchique des artères publiques et secondaires pour le renforcement de la quiétude sociale à l’image des autres villes du pays notamment, Kindia et Kankan.

Autres préoccupations de l’autorité préfectorale, c’est la sensibilisation de la population et la lutte contre le détournement des fonds destinés aux communautés.

Précisant que la préfecture de Boké souffre d’un mal interne, le gouverneur de Région, le général de Brigade, Siba Sévérin Loholamou a souhaité des rencontres périodiques avec des jeunes et femmes engagés pour la cause de Boké dont l’image de marque est défigurée par la construction des barricades sauvages à des heures tardives.

Ainsi, il revient aux femmes et jeunes de Boké de se mettre en commissions et proposer des solutions adéquates aux problèmes de la localité.

Mamadouba Camara, correspondant Kababachir.com à Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.