Lamine Kaba accuse Wade dans les massacres du 28 septembre

S’il y a le nom d’une personnalité politique qui doit figurer sur la liste de ceux qui ont encouragé Dadis à briguer un mandat présidentiel, celui de l’ex-président sénégalais devrait être cité en premier. C’est la grosse accusation portée, mercredi contre Abdoulaye Wade, notamment dans les conséquences macabres qui ont suivi ce soutien politique de haut niveau. Pour Lamine Kaba du FIDEL, « Tous ceux qui sont impliqués dans les massacres du 28 septembre ce sont ceux-là mêmes qui ont encouragé Dadis à se présenter à la présidentielle. » C’est pourquoi, il invite la justice à les écouter en tant que témoin moral.

 

Très tôt, Alpha Condé lui-même s’était attaqué à Abdoulaye Wade de jouer le trouble-fête sous la junte dirigée par Dadis Camara. Pour le président guinéen, Wade donnait de l’adrénaline à Dadis afin que celui-ci s’éternise au pouvoir. « Le seul conflit qu’il y a eu, c’est parce que le Président Abdoulaye Wade encourageait Dadis à rester au pouvoir. Je suis venu le voir pour en parler en tête à tête. Il y avait son Directeur de cabinet; il a voulu que l’on parle devant tout le monde. Je lui ai donc dis clairement que c’est lui qui encourageait les militaires à garder le pouvoir. C’est donc cela le seul problème qu’il y a eu, mais dire qu’il y a des problèmes entre le Sénégal et la Guinée, je dis non. »

La suite de cette accusation, on la connait. Une réaction cinglante à l’encontre d’Alpha Condé. Le parti de Wade n’était pas allé par quatre chemins pour répliquer. Quelques jours après, c’est DaleinDiallo qui a démenti Alpha Condé : «Ce que je sais, c’est que le Président Wade a encouragé le capitaine Dadis à organiser les élections et à céder le pouvoir conformément à ses engagements».

Et d’ajouter, à l’encontre d’Alpha Conté : «Je ne sais pas quelles sont ses sources mais moi, je n’ai pas cette information. Je sais que le Président Wade a toujours essayé de convaincre Dadis d’organiser ces élections et de partir. Le Président Wade avait régulièrement des entretiens avec moi. Et je sais qu’il voulait convaincre Dadis de partir. Bien qu’il ait une relation étroite avec le capitaine qui le considérait comme son père. Mais, je sais qu’il a utilisé ça plutôt pour amener Dadis à accepter un retour à l’ordre constitutionnel et d’organiser une élection transparente».

 

Mais ceci est une autre histoire.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.