L’auto-entrepreneuriat fait son chemin au Maroc


P

En 2019, le Maroc comptait près de 117.000 auto-entrepreneurs, dépassant les objectifs à atteindre à l’horizon 2020.

Rabat (dpa) – Quatre années après son entrée en vigueur, le dispositif « auto-entrepreneur », destiné à servir d’alternative aux activités économiques informelles, semble réaliser ses objectifs, au Maroc. Plus de 30.000 Marocains se sont inscrits au registre national de l’auto-entrepreneur, en 2019.

Au total, « on compte aujourd’hui près de 117.000 auto-entrepreneurs au Maroc, contre 86.665 personnes inscrites au registre en 2018 », selon le ministre marocain du travail et de l’insertion professionnelle, Mohamed Amkraz, s’exprimant devant la Chambre des représentants du parlement marocain.

Le dispositif auto-entrepreneur est destiné à faciliter l’intégration des porteurs de projets dans le secteur formel. Pour le ministre, il s’agit d’une « véritable réussite », puisque l’objectif de 100.000 inscrits au registre national à l’horizon 2020 a déjà été dépassé.

Simplification des procédures

Au Maroc, un auto-entrepreneur est toute personne physique exerçant, à titre individuel, une activité industrielle, commerciale ou artisanale, ou prestataire de service dont le chiffre d’affaires annuel (CA) encaissé ne dépasse pas un certain seuil.

Ce seuil est fixe pour chaque secteur d’activité, à savoir : 500.000 dirhams (environ 47.000 euros) pour les activités commerciales, industrielles et artisanales ou 200.000 dirhams (plus de 18.000 euros) pour les prestations de services.

Le statut d’auto-entrepreneur permet à son détenteur de bénéficier de procédures de création et de radiation simplifiées, de démarches administratives rapides et d’une fiscalité réduite.

Selon les statistiques du site gouvernemental, les jeunes âgés de 15 à 34 ans représentent actuellement 54 pour cent des bénéficiaires. 64 pour cent sont des hommes et 36 pour cent des femmes. Ces dernières représentaient, au départ, à peine neuf pour cent.

Dans la répartition par secteur d’activité, le commerce arrive en tête avec 44 pour cent, suivi des services (32 pour cent) et de l’industrie (18 pour cent).

Mesures d’encouragement

Quelque 50 pour cent des auto-entrepreneurs exercent leurs activités à domicile. Par conséquent, ils n’ont pas besoin d’avoir un local professionnel pour créer leur entreprise. S’ils ne réalisent pas de chiffre d’affaires pendant l’année d’inscription, ils n’auront pas à payer d’impôt sur le revenu.

Les auto-entrepreneurs sont également dispensés de tenir une comptabilité. Autrement dit, ils n’ont pas besoin de présenter leur bilan comptable à l’administration fiscale.

Le statut d’auto-entrepreneur a bénéficié de mesures incitatives dans le cadre de la loi de Finances 2019 et celle de 2020. Ces mesures portent essentiellement sur la réduction de l’impôt sur le revenu de 1 à 0,5 pour cent pour les activités commerciales, industrielles et artisanales, et de 2 à 1 pour cent pour les prestataires de services.

Keywords: Entreprises Dossier Auto-Entrepreneuriat Travail Activités économiques

Source: https://www.dpa-news.de

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.