Le CNRD évoque le cas Dalein : une sortie qui hérisse l’UFDG !

« Ce jour-là, il prendra son avion, il atterrira à l’aéroport de Conakry devant toutes les fédérations parce que nous allons jouir de nos libertés de manifester, se mobiliser et de faire des cortèges dans ce pays. Ce n’est pas à Amara de nous dire que le président Cellou n’a qu’à revenir, qu’il lui donne des garanties. Il est trop petit pour donner des garanties à Cellou Dalein Diallo », a déclaré le chargé des questions électorales et coordinateur des antennes de l’UFDG à l’intérieur du pays. Visiblement, Cellou Baldé n’a pas digéré la sortie d’Amara Camara. Une sortie qui hérisse donc l’UFDG.

Pour rappel, en conférence de presse le jeudi dernier, le ministre secrétaire général de la Présidence de la République, par ailleurs porte-parole de la Présidence Colonel Amara Camara a déclaré : «Ce que je peux dire vous dire avec certitude, c’est qu’il y a quelques mois en Guinée, le président Cellou Dalein Diallo était privé de certaines libertés dont la liberté de sortir du pays. L’arrivée du CNRD a rendu cela facile. Il peut partir de la Guinée et rentrer en Guinée, c’est chez lui et c’est la terre de ses ancêtres. Ce dont vous parlez, c’est vous qui me l’apprenez. Ces allégations, je ne peux pas les confirmer. »

C’est pourtant à cet exercice que s’est prêté Amara Camara (CNRD) : « Le moment que nous vivons en Guinée, est très important. Si nous passons à côté, je ne sais pas encore quelle est l’opportunité qui va s’offrir à la Guinée. On est au carrefour de beaucoup d’enjeux et de préoccupations. Il y a beaucoup qui voudraient que (la transition) ne se passe pas bien, y compris des fils de ce pays. Il est bon de savoir que la Guinée se construit avec tout le monde. Mais malheureusement, on a des frères qui pensent que la Guinée ne peut se faire qu’avec eux et pour eux. La guerre, les crises, c’est un business très rentable. Ça profite à beaucoup, il faut que nous soyons très vigilants. »

On ne sait quelle mouche l’a piqué, mais, les inquiétudes qu’il avance restent largement partagées par bien d’autres Guinéens qui tiennent pour autant à une transition réussie. C’est le cas du président du parti ARENA : « Le CNRD face aux acteurs politiques, il est important que la voie du dialogue et de l’apaisement soit ouverte. Ceux qui se sentent exclus doit être rassurés. Ce que nous sentons venir est inquiétant et préoccupant », selon Sékou Koureissy Condé.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.