Le Collectif des  »Frustrés » du RPG brandit des menaces

Au cours d’une conférence de presse, des représentants du parti au pouvoir, réunis autour du Collectif des Frustrés du RPG, ont détaillé les 12 points du mémorandum adressé récemment au Chef de l’Etat.

Par la voix du Coordinateur, Ibrahima 4 Doumbouya a tout d’abord rappelé le passé douloureux du RPG avant d’accéder au pouvoir : 

« Qui oubliera que le RPG vient de loin? », s’interroge-t-il. Et le Coordinateur du Collectif d’ajouter : «De la clandestinité à l’officialisation, combien ont enduré les fouets, les matraques, les prisons, les ségrégations, les mutations et licenciements arbitraires avec toutes sortes d’humiliation? Combien ont perdu la vie et ont été infirmes par coup de torture et d’humiliation? Qui n’a pas cotisé pour ce parti à la hauteur de ses moyens ? »,  rappelle ce frustré du RPG.

Selon Ibrahima Doumbouya, les Rpgistes restent aujourd’hui les plus misérables et les plus ridicules en Guinée

« Dix ans après l’accession au pouvoir de ce troisième parti qui a connu plus de périples sur son chemin dans l’histoire démocratique du continent africain, les Rpgistes restent les plus misérables et ridicules en Guinée et ailleurs » a t-il lâché devant les journalistes

Face à cette situation, Ibrahima 4 Doumbouya et ses collègues frustrés se donnent pour objectif de faire « fédérer toutes les fractions de dissidents et de frustrés du parti, autour d’un idéal de concertation, pour faire comprendre au Président de la république et l’ensemble des responsables du parti, les maux dont souffrent des militants à la base afin de faire taire tous ces mécontentements et désamours, signaux d’effondrement de toute grande formation politique » a déclaré le coordinateur du collectif des frustrés du RPG.

A noter que les dernières nominations continuent à susciter des vives réactions au sein du parti au pouvoir où beaucoup de responsables et militants du parti présidentiel sont laissés pour contre au profit des militants de la 25ème heure, qui s’accaparent de la part dans le partage du gâteau.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.