Le général Bafoe doit enfin sévir, prouver sa bonne foi

Le 15 janvier dernier, le général Ansoumane Camara Bafoe s’est fendu une note circulaire, suite « au comportement » des policiers «de nature à saper les efforts louables de la Police nationale. »

Par la même note, le patron de la police s’est engagé à « mettre en place une commission d’enquête spéciale pour rechercher et identifier les auteurs de cet acte affreux qui n’honore pas l’Institution policière ayant pour mission régalienne de protéger les personnes et leurs biens. »

Aujourd’hui en effet, des témoignages d’exactions, de banditisme tout court perpétrés par des policiers à l’endroit des citoyens de l’Axe font légion sur les réseaux sociaux. Des victimes pullulent. Des véhicules endommagés jusque dans les concessions privées. Des femmes battues, humiliées, des vieillards malmenés comme le cas de ce sexagénaire : Elhadj Abdourahamane Diallo, la victime, a d’ailleurs accepté de raconter sa mésaventure dans la presse locale : « Ils m’ont embarqué dans leur véhicule à bord duquel ils ne faisaient que me gifler. Informés, les sages de mon secteur se sont concertés et ont remis aux policiers pour que je sois libéré. Je ne sais combien ils leur ont donné à ces policiers pour qu’on me libère. (…) Ils m’ont demandé de garder mon téléphone pour que je puisse demander à ma famille d’envoyer l’argent très vite pour ne pas qu’on m’amène à la sûreté. »

Bafoe doit sévir. Dans la plus grande exemplarité.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.