Le message fort de Tibou à Condé : à quoi peut-on s’attendre ?

En lisant bien entre les lignes de la déclaration de Tibou Kamara, ce mardi, sur les ondes d’une radio privée, on se rend compte de la lassitude mais surtout de la complaisance d’Alpha Condé avec ses collaborateurs qui infestent le gouvernement.

Le conseiller personnel du président l’a en effet envoyé un message fort. Quitte à le capter et d’en prendre les décisions qui s’imposent : le remaniement ministériel. Tibou n’est pas à son premier essai. Mais cette fois-ci, sa sortie est tranchante. Il a dénoncé la façon dont la crise actuelle a été gérée : «Cette crise a été mal gérée » et mieux, Tibou fustige le manque de solidarité gouvernementale : « On a l’impression d’être dans une équipe de rivaux et d’adversaires. »

Quoi qu’il en soit, K au carré s’en est défendu depuis la semaine dernière : « Par rapport à la gestion de la crise je ne peux pas m’en vouloir. Je ne suis ni  en amont ou en aval. Je me suis retrouvé tout simplement dans une crise. Même si je partais demain, je n’aurai pas d’amertume par rapport à cette crise. Parce que je ne m’en veux pas dans cette crise. Au contraire je suis victime de cette crise. » Toute honte bue, le ministre du Pré-universitaire avoue son incompétence et son amateurisme. On le sait, au départ, il n’a jamais voulu prendre au sérieux les grévistes.

En sa qualité de syndicaliste venu aux affaires, aux travers ce statut, K au carré a mal négocié la crise. Une crise, hélas qui risque de l’emporter. Au même titre que celui qu’il a remplacé, un certain Ibrahima Kourouma que le président a quand même dépoussiéré pour mettre à la Ville et à l’Aménagement du territoire. Ayant donné sa langue au chat durant toute la crise, K au carré se bluff : « Si on m’avait donné l’opportunité de les rencontrer (Syndicalistes, NDLR) parce que c’est un milieu que je connais très bien, je connais bien les meneurs, Soumah dont il s’agit, on avait plus de 20 ans de carrière ensemble dans le mouvement syndical. Peut-être que j’aurais mis tout ce passé là  au profit pour trouver une solution. Mais des instructions ont été données à tous les membres du gouvernement de ne pas approcher ce mouvement. » Dans les médias, il accuse donc « des instructions qu’on donne par rapport à une situation. »

Peu suffisant pour se faire absoudre.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.