Le Parquet général, myope et sourd depuis dix ans menace des opposants

Il sort brusquement des bois, alors que des Guinéens ont été tués ; plus de 200, selon des chiffres avancés au niveau de l’opposition. Dix ans se sont écoulés. Plus personne n’a vu réellement le Parquet jouer son rôle déterminant. Il aura fallu que l’Union des forces démocratiques de Guinée de Dalein Diallo et son alliée l’alliance nationale pour l’alternance démocratique (ANAD) maintiennent leur appel à manifester ce mardi 03 novembre pour que le Parquet se fasse entendre. Avec des menaces.

Mamady Diawara, le procureur général de la Cour d’appel de Conakry, déclare chez notre confrère Africa Guinée : « Le parquet instruit tous les procureurs du ressort de la Cour d’appel de Conakry de procéder à la poursuite et à la répression des infractions conformément aux dispositions légales, en insistant dans leurs réquisitions faites à l’audience sur la responsabilité civile des membres du comité d’organisation. » Auparavant, le magistrat rappelle, comme s’il était sourd et myope durant toutes ces dix années de dérives et de violations de droits humains : « Jusqu’à l’avènement de la 3ème République cette loi a été appliquée pour encadrer toutes les manifestations politiques de l’opposition. A date les dispositions de cette loi (Anti Casse) ont été revues dans un esprit démocratique avec néanmoins le maintien de la responsabilité des membres du comité d’organisation dans la réparation des dommages. »

Il brandit par ailleurs des infractions punies à des peines allant d’un an à cinq ans d’emprisonnement et d’une amende allant de 500 mille à 5 millions de Francs guinéens.

Mais où était Mamady Diawara, procureur général de la cour d’appel de Conakry, lorsque des citoyens, supposés d’être proches du pouvoir appelaient à la chasse au faciès, invitaient à des particuliers à décimer des propriétés d’autres Guinéens ?SheickAfan n’était-il pas un citoyen qu’on devrait interpeler, juger et condamner, pour ses appels répétitifs à la violence ?  Où était-il lorsque à Kindia on déclarait que pour être Maire, faudrait-il être Sousou ? Où était-il lorsque sur les réseaux sociaux on voyait des militants du RPG, revendiquer d’actes qui entravent gravement les libertés d’investir ? Où était-il durant tout ce temps, au moment même où les Gnéloy (Ousmane et Fatou), Korbonya, etc., font des atteintes graves à la pudeur publique, avec des injures, des menaces à visage découvert ?

Mamady Diawara serait-il sourd, myope et aux ordres ? Cette question mérite bien d’être posée, au regard de la sortie soudaine, alors qu’il aurait pu arrêter bien des dérives, depuis des lustres.

Pauvre Guinée !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.