Le PDG de Ford en Amérique du Nord écarté pour « comportement inapproprié »

Le constructeur automobile américain Ford a annoncé mercredi le départ immédiat de son patron en Amérique du nord pour « comportement inapproprié ». Le constructeur automobile américain n’a pas donné plus de précision.

Il faisait partie des dirigeants les plus en vue de la marque à l’ovale bleu. Raj Nair, PDG des opérations nord-américaines de Ford Motor, a été remercié. Le constructeur automobile américain a annoncé le départ de son numéro 1, mercredi, en raison de son comportement « incompatible avec le code de conduite de l’entreprise ».

Le constructeur automobile américain n’a pas précisé la nature de ce comportement. Raj Nair, qui était pressenti pour succéder au PDG actuel du groupe, occupait ce poste depuis le 1er juin 2017.

Enquête interne

Son départ intervient après une enquête interne pour « comportement inapproprié » ayant conclu que « le comportement de M. Nair était incohérent avec le code de conduite de l’entreprise », a expliqué Ford dans un communiqué.

« Nous avons pris la décision après un examen approfondi » de la situation, souligne le PDG Jim Hackett, cité dans le communiqué. « Ford est déterminé à fournir (à ses employés) une culture d’entreprise saine et respectueuse (des uns et des autres) et nous attendons de nos leaders qu’ils respectent ces valeurs. »

« Je regrette sincèrement qu’il y ait eu des moments où mes agissements n’ont été ni en accord avec les responsabilités d’un leader ni conformes aux principes de l’entreprise », a pour sa part regretté Raj Nair, entré chez Ford en 1987.

Il quitte le groupe automobile deux mois après que le PDG Jim Hackett eut présenté ses excuses aux employés de deux usines de Chicago, après la publication d’un article du New York Times rapportant des faits de harcèlement sexuel et d’abus présumés dont des salariées auraient été victimes.

Selon le journal américain, des maltraitances et du harcèlement exercés sur des femmes employées dans des usines du constructeur automobile américain remontent aux années 90. Plus de 70 % des employés actuels ou anciens salariés y dénoncent une culture particulièrement hostile à l’égard de la gent féminine.

Plusieurs dirigeants d’entreprise, et plus largement des hommes de pouvoir, ont récemment démissionné ou été mis à l’écart en raison d’accusations d’agressions ou de harcèlement sexuels dans le sillage de l’affaire Harvey Weinstein, le producteur de cinéma mis en cause par de nombreuses femmes.

https://www.ouest-france.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.