Le Port de Conakry cédé : Alpha, loin d’une tête de Turc !

D’entrée, un petit rappel : « La Guinée avait été oubliée sur le plan internationale. Quand le président Obama voyage, il cherche à faire vendre le Boeing. Quand le président Hollande voyage, il cherche à faire vendre les Rafales. Que ça plaise ou pas, je vais voyager pour vendre la Guinée. D’autres auraient préféré qu’on reste ici pour que la Guinée n’aille pas de l’avant. »

Cet engagement est bien d’Alpha Condé, ce promeneur…solitaire. Un vendeur ambulant qui peine à trouver un sérieux preneur. Soit son produit est de piètre qualité, soit il est un mauvais agent marketing, soit l’itinéraire choisi n’est pas le sien. Désormais, ce sont les Turcs. Avec des vieux bus d’un côté et de l’autre dans la concession du Port. Sauf les caisses de l’Etat restent désespéramment vides. Les Trésor public, la Banque centrale, nulle part on ne se réjouie. Partout, on est à l’étroit. Sauf se faire pleines les poches. Alpha Condé est donc loin d’être une tête de Turc dans ce banditisme concessionnel. Il en est l’Alpha et l’oméga.

De quoi agacer d’abord Sydia Touré, lequel estime que : « Il est souhaitable que cet accord de concession du Port autonome de Conakry soit porté à l’examen de l’Assemblée nationale. Je vais demander au groupe parlementaire des Républicains d’interpeller le ministre des Transports sur cette question. » De son côté, Dalein Diallo dénonce : « C’est dans l’opacité totale, sans aucune étude préalable, sans aucun appel à la concurrence et aucun cahier de charge. Le président a envoyé son conseiller qui a conduit une mission d’experts turcs au Port Autonome, le 16 décembre dernier pour leur donner l’instruction de leur livrer tous les documents et faire visiter l’ensemble des installations du port autonome.  Ils ont eu accès à tous les documents, ils ont visité tous les sites et évaluer toutes les machines et après ils ont fourni une offre. (…) Le 20 mai 2018, le président est rentré de Turquie, il a ordonné le transfert de tous les montants détenus par les parcs des banques commerciales à la banque centrale de la République de Guinée. Alors, de manière directive, ces comptes ont été transférés à la banque centrale, à l’insu du Port Autonome. Le 9 août dernier, monsieur Alpha Condé a organisé la signature sans délai du contrat. Le 10 août, à 15 heures sur ses instructions le contrat a été signé. »

On aura voulu juste rappeler les vœux pieux de Kassory Fofana, rappelant que le volume des pots de vin pour la Guinée avoisine en moyenne 600 milliards de GNF chaque année, sans compter les quelque 500 milliards GNF par an en paiement non officiel et 75% des entreprises affirment faire des cadeaux pour obtenir des contrats.

Pourtant, s’engageait-il, « Nous devons mettre fin à ces déperditions financières. Il ne saurait y avoir de développement économique viable sans une lutte efficace contre la corruption. C’est pourquoi, je mets au centre de l’action gouvernementale la lutte contre la corruption pour traduire dans la réalité la vision du Chef de l’État pour une gestion parcimonieuse des finances publiques, de façon à investir plus efficacement dans l’amélioration des conditions de vie des populations. Pour cette raison, ma politique sera d’une tolérance zéro contre la corruption. » Mais, visiblement, l’enfer c’est chez les autres, les têtes de Turc. Alpha, lui est loin de cela.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.