Le prix du carburant grimpe : opposants et syndicats sur le pied de guerre

On ne sait pas jusqu’où la tension prendra de l’ampleur si jamais le prix du carburant flambait sous l’effet de la mal gouvernance orchestrée par le régime d’Alpha Condé. Ce qui est évident, opposants et syndicats sont sur le pied de guerre.

Au niveau de l’USTG, par la voix de Louis M’Bemba Soumahs’est exprimée : « Je crois que c’est un gros problème pour nous parce que nous avions déjà signifié que nous nous n’étions pas d’accord pour cette augmentation du prix du carburant. Néanmoins, nous attendons que les choses se précisent. Maintenant si on est officiellement informés, c’est sûr que nous prendrons une disposition qui s’impose. Compte tenu de la situation qui prévaut, nous ne serions être d’accord. » Car, « L’augmentation du prix de carburant va augmenter la misère. Donc compte tenu de ce facteur, nous ne serions pas d’accord. »

François Bourouno du PEDN quant à lui se lâche : « On ne peut pas faire payer au peuple les erreurs de la mauvaise gouvernance. Ceux qui nous gouvernent ne peuvent pas détourner notre argent, acheter des appartements à l’étranger et nous dire de payer cet argent-là. » Et de rappeler sur mosaïque Guinée que : « Quand le prix du carburant avait baissé, le gouvernement s’était engagé à appliquer le principe de rigidité, c’est-à-dire en cas d’augmentation, au-delà du niveau initial que la plus- value réalisée puisse compenser les déficits. Malheureusement, les économies réalisées à l’époque ont été utilisées pour financer le coup KO. »

 

Il y a de gros risques de mouvements sociaux…

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.