Le RPG et l’UFDG vus par le PADES : « Des partis copains…»

Alors que l’opposition hésite encore d’exprimer sa position si elle va siéger ou pas à l’Assemblée nationale,  la propagation du mandat des députés suscite des débats en Guinée. Le PADES a déjà exprimé sa position sur le sujet. Dr Ousmane Kaba, le président de cette formation politique ne siègera pas après l’expiration du mandat de député.

« Nous avons eu un mandat du peuple pendant 5 ans. Lorsqu’il arrive à expiration, nous devons rendre au peuple de Guinée son mandat », a estimé le leader du PADES.

Du côté de l’UFDG, il faut encore consulter la base et se donner du temps pour décider si oui ou non le parti de Cellou Dalein Diallo va siéger. Alors que la mouvance ne fera que se ranger devant le décret présidentiel. Le Chef de la majorité présidentielle avait déjà annoncé les couleurs : « Avec ou sans l’opposition l’assemblée nationale va fonctionner », a averti de son côté Amadou Damaro Camara.

Devant la position ambigüe de l’UFDG et la disponibilité des députés de la mouvance présidentielle à siéger, le PADES y voit une complicité entre ces deux formations politiques.

Pour le parti de Dr Ousmane Kaba, « Le RPG et l’UFDG, c’est des partis copains. Lorsque les intérêts sont communs, ils sont d’accord. Mais, quand il y a divergence, ils se mettent dans la rue pour crier pour ne rien. Si non, 37 députés comparativement à un seul député, le PADES refuse de siéger parce que vouloir siéger, c’est accompagner le projet de troisième mandat. Lorsque les députés ne sont plus dans la légitimité, ils ne peuvent plus empêcher le président de parler du prolongement du troisième mandat après 2020. Il est temps maintenant pour les députés de démissionner pour empêcher ce fameux projet de troisième mandat. C’est ce que nous nous condamnons fermement », regrette Ibrahima Kaba, membre du bureau politique national du PADES.

En attendant la décision finale de l’UFDG et de l’UFR, qui entretient également le flou sur ses intentions de siéger ou pas, la question d’un glissement de calendrier ou d’un projet de troisième mandat suscite de débat en Guinée.

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.