Le SLECG vers une tête: le temps des vœux pieux !

Luis Mbemba Soumah, l’un des gros baobabs du syndicalisme en Guinée s’en est allé pour toujours. Le SLECG ce puissant syndicat a connu ses heures de gloire, sous son magister. Il laisse donc derrière lui, une structure bicéphale.

D’un côté, il y a la branche du rebelle Aboubacar Soumah, catalogué par le gouvernement, livré à la vindicte par le gouvernement et rejeté par Alpha Condé en personne, avant de se voir approché pour un semblant de sortie de crise. De l’autre côté, le SLECG est dirigé par la femme supportée par le gouvernement : Kadiatou Bah. La bataille entre les deux syndicalistes s’est même invitée jusqu’au Tribunal. Aujourd’hui, avec la mort de Luis MbembaSoumah chacune des dissidences syndicales affiche des vœux pieux, certainement sous le coup de l’émotion. Sinon que tout le monde sait que c’est le climat voulu et sans cesse affiché par le gouvernement à l’endroit des deux fameuses têtes syndicales.

En effet, Kadiatou Bah a été soutenue pour déstabiliser le camarade Soumah. Mais celui-ci, maitrisant mieux le terrain, a réussi à bloquer le pays durant des mois.  Kadiatou Bah a tout tenté pour le réduire en silence et revenir en surface. Rien n’y fait. En suivant donc chacun de ces deux s’exprimer en faveur de l’union syndicale, ceux qui connaissent bien le fond du bicéphalisme en rient et se donnent un temps de voir progresser ces vœux pieux. Kadiatou Bah plaide pour la sincérité, une fois que la paix est actée entre les deux : «Quand on dit devant tout le peuple de Guinée qu’on a enterré la hache de guerre, il faut que cette hache de guerre soit enterrée, de manière sincère et honnête », lâche-t-elle. Et le camarade Soumah de renchérir : « Nous avons analysé tous les aspects pour que nous soyons unis. J’ai pris la décision de faire appel à Kadiatou Bah pour que nous enterrions la hache de guerre afin que l’unité se retrouve au sein du SLECG. »

Cette union sacrée voulue et affichée par les deux côtés ne profite jamais au gouvernement souvent porté sur la politique de diviser pour régner. C’est dire que ce serait une union de façade. Le temps de l’émotion de passer. Alpha Condé sera toujours à la grosse manœuvre. Que cela soit pris comme dit.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.