Législatives 2020 : une grosse mascarade en préparation

« On n’a pas achevé le processus des élections communales. Curieusement, tout le monde parle de législatives, alors qu’on n’a pas installé les chefs de quartier qui sont les croix essentielles pour un hold-up électoral. »

Cette seule réalité au goût d’inachevé en dit long sur la superposition de problèmes que veut gérer Alpha Condé. Mais surtout ce qu’il veut produire à l’endroit de son opposition. Ce qui est aujourd’hui évident, dans bien des endroits, des récépissés sont quasi introuvables ici, des machines en panne-là et des enrôlements de mineurs de l’autre côté. Conséquence : « Si l’opposition va aux législatives en février, ça sera seulement pour accompagner Alpha Condé », témoigne Aliou Barry, consultant international.

Fodé Bocar Maréga de l’UFDG ajoute à vision Guinée : « Il n’y a pas de récépissés dans tout le pays. Par endroits, c’est impossible pour les citoyens de se faire enrôler. Presque tous les appareils sont en panne, il y a des difficultés dans tout le pays. » C’est pourquoi, « Si ça continue ainsi, nous pouvons ne pas aller aux élections législatives. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.