Les consignes de Condé aux jeunes DAAF : « N’ayez peur de personne…»

Au cours d’une conférence débat portant sur le thème, « L’impact de la corruption sur le développement économique et social de la Guinée », tenue dans un complexe hôtelier de la place, Alpha Condé tente de rassurer les 518 jeunes DAAF qu’il avait recruté en 2013 et qu’il a donne plein pouvoir.

«  Je vous dis n’ayez peur de personne, aucun ministre ne peut vous enlever. Ils ne peuvent pas. C’est moi qui signe le décret, faite votre travail comme il le faut et si on veut enlever quelqu’un, il faut qu’on me donne les preuves. Il ne s’agit pas de me dire enlever telle personne sans des preuves. je dis toujours que celui qui ne fait pas d’enquête n’a pas droit à la parole. Parce-que la Guinée est un pays de mensonge et de manipulation », a fait remarquer le numéro un guinéen devant les 518 jeunes DAAF, réunis autour de la structure JAC 518 (Jeunes Acteurs pour le Changement).

Mais ce n’est pas tout ! Alpha Condé rassure une nouvelle fois ces jeunes DAAF, réunis autour d’une structure dénommée ‘’518 Jeunes Acteurs pour le Changement’’.  Le président guinéen va jusqu’à dire que le DAAF n’obéit pas au ministre, parce que, dit-il, il ne relève pas de lui.

 «  Faites votre travail n’ayez peur de personne. Faites-le en âme et conscience, dans l’intérêt du pays. N’acceptez pas de payer quand ce n’est pas propre et quand les conditions ne sont pas réunis. Quand on vous dit qu’il y’a eu achat de véhicule, verriez si la voiture achetée est là. Quand on vous dit qu’il y’a eu un bâtiment acheté, verriez si le bâtiment existe. C’est ça les finances publiques. Le DAAF n’obéit pas au ministre, il ne relève pas du ministre. Le DAAF n’a pas de compte à rendre au ministre, il n’a qu’à obéir aux règles des finances publiques. C’est très clair. Ce n’est pas un comptable. Le comptable est celui là qui obéit à son patron, quant aux DAAF non. Si les règles des finances publiques ne sont pas respectées le DAAF doit refuser. Donc n’ayez pas peur de refuser, personne ne vous touchera ».

D’après nos informations, ces 518 jeunes ne sont pas d’ailleurs tous des DAAF, contrairement à ce qui avait été promis par le Chef de l’Etat lui-même.

A ce jour, explique, un haut cadre de l’Etat qui a requit l’anonymat, « tous sont ventilés dans les différents services de l’administration publique, mais pas en qualité de DAAF. Sur les 518, il y a n’a pas encore une dizaine des DAAF. Les autres sont simplement des chargés d’études. »

Cette autre sortie du Chef de l’Etat risque de créer une confusion entre les jeunes DAAF, qui disposent peu d’expérience dans la gestion des affaires publiques et les différents Chefs des départements ministériels auxquels ils relèvent.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.