Les détenus du FNDC bénéficient d’un soutien de la communauté forestière de Kankan !

Arrêtés à N’zérékoré après les élections controversées du 22 mars dernier et transférés à la maison centrale de Kankan, les 42 détenus du FNDC,  ne sont pas en manque de soutien. En effet, après celui de leurs avocats, ils viennent de bénéficié d’une importante marque de solidarité de la part de la communauté forestière vivant à Kankan.

Cette dernière, pour leur exprimer toute sa solidarité, leur a rendu visite en fin de la semaine dernière, tout en leur faisant un don d’un important lot de produits et d’article d’entretien corporel, pouvant les faciliter leur séjour carcéral.

Après avoir pu faire bénéficié les siens de cette assistance non pas des moindres, Antoine Dôbô Guilavogui, membre imminent au sein de ladite communauté, activiste du front à Kankan et secrétaire fédéral de l’UFDG, s’est expliqué en ces termes :

 « En réalité, nos parents-là sont victimes d’une injustice à grande échelle. Ils ont laissé les vrais coupables des tueries à N’Nzérékoré, pour s’attaquer à eux. Ils ont envoyés des innocents à Kankan pour les mettre en prison. Donc lorsqu’ils sont venus, on a adressé une correspondance à la coordination régionale de toute la communauté Forestière de Kankan, en demandant une assistance, notamment des savons, des habits etc.… C’est ce que nous avons regroupés pour les envoyés aujourd’hui».

A-t-il expliqué avant de promettre la pérennisation de cette maque de solidarité aussi longtemps que ces détenus ne seront pas relâchés.

«  Nous n’avons pu faire que ce dont on avait les moyens de faire. A la prison,  ils sont soumis au régime alimentaire ordinaire, nous les avons vus exposés aussi au soleil. Ce n’est pas du tout facile, pour eux, on le sait, même s’ils sont forts d’un moral d’acier. Et une chose et certaine, tant qu’on voit le besoin se manifester, nous allons continuer à mobiliser des aides financièrement et matériellement en faveur de nos parents et compagnons de lutte actuellement enfermés à tors ici». A-t-il assuré.

A noter que les 42 détenus du FNDC, poursuivi pour meurtre et complicité de meurtre à l’occasion du double scrutin ensanglanté organisés le  22 mars dernier par les autorités, depuis près de deux mois que , ont été  incarcérés d’abord à Nzérékoré ensuite maintenant à Kankan.  la tenue d’un procès le plus rapidement que possible est exigée par leurs défenses, mais jusqu’ici en vain.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant de Kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.