Les griefs du FNDC à l’endroit de la junte…

Au commencement, ils étaient entre amis, entre copains, le temps de s’installer. Le FNDC et la junte auraient eu un mariage qui a désormais du plomb dans l’aile. Les premiers constituant l’unique contre-pouvoir se font manger par une junte sans pitié. Aujourd’hui, environ un an après les yeux de Chimène, l’ambiance est devenue celle d’une victime et d’un bourreau.

C’est pourquoi le FNDC égrène des griefs, en dénonçant « la prétendue décision illégale, sans fondement et arbitraire, de dissoudre le FNDC témoigne de la volonté de la nébuleuse CNRD de faire de l’intimidation, du harcèlement et donc de la tyrannie les leviers suprêmes de la transition.  Ces pratiques malsaines non seulement relèvent d’une mafia politique, qui en dit long sur l’amateurisme et le banditisme de la junte et ses intendants, mais surtout, elles confirment le recours à la menace, aux techniques de manipulation et les injonctions de suivisme mis à l’œuvre par le CNRD quelques semaines après sa prise de pouvoir. »

A travers ce communiqué, le FNDC met à nue une cohabitation mal ficelée : « Le FNDC informe que devant le refus de se plier à l’agenda obscène de la junte, la nébuleuse CNRD, lors d’une rencontre au Palais Mohamed V, le 30 septembre 2021, avait brandi des menaces et intimidé nos responsables. Le FNDC rappelle aussi que le 03 novembre 2021 et le 17 janvier 2022 qu’il a été très tôt sollicité par le Président du CNRD afin d’adhérer au projet funeste d’éliminer les partis politiques par des manœuvres judiciaires. Loin d’être l’effet de la moralisation de la vie publique, la CRIEF est une opération de nettoyage devant libérer la voie à la pérennisation des militaires au pouvoir. Ainsi, il fut un temps où le CNRD voulait faire du FNDC un allié objectif pour l’accompagner et légitimer des actions qui allaient dans le sens d’une confiscation du pouvoir. »

Dans une situation de bête à abattre, le FNDC ne s’avoue pas vaincu et donc entend en découdre avec la junte ainsi qu’avec ses affidés. Déjà, à Bruxelles, ce weekend, des pro FNDC appuyés par des militants de l’UFDG ont exprimé leur désarroi face à un CNRD devenu fauve.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.