Les incohérences d’un Parlement agonisant

Depuis de Claude Kory Kondiano est à la tête du parlement, aucun ministre de la République n’a répondu à un quelconque débat autour d’une prétendue malversation financière. Aucune enquête parlementaire n’a été organisée, pour autant sans cesse soumise par les opposants, en l’occurrence l’UFDG.

Rien de grave, apprend-on, car, au sein même de la gestion du parlement, c’est le banditisme à ciel ouvert. Les marchés publics se passent sans appels d’offres. Les fonds sont gérés d’une façon opaque. Une option que le député de Gaoual n’a eu de cesse à dénoncer, mais sans jamais être soutenu par ses pairs de l’UFR et même ceux de l’UFDG. Ainsi se construisait l’Assemblée nationale pour mieux s’en faire pleines les poches. Ces dernières années, ou plutôt ces derniers mois, le Parlement moribond s’est illustré dans des votes les plus ubuesques.

D’un côté, de la polygamie souhaitée et édictée par le Coran, à la monogamie voulue et imposée par Alpha Condé, les députés du RPG n’en ont cure. Puis, on vote le port d’arme pour les gendarmes, déjà ayant tués d’innocentes personnes sans aucune autre forme de procès. Comme si cela ne suffisait pas, on vote aussi une loi pour protéger les policiers, même en cas de graves dérives.

S’agissant de la loi sur le port d’arme, Ousmane Gaoual Diallo est clair :   «Elle (la loi) n’a pas été votée par l’opposition, par l’UFDG. On s’est abstenu de la voter. Il faut dire que cette loi dans sa construction n’est pas le problème. La loi dit un usage clairement indiquée. Trois articles qui parlent de l’usage des armes par la gendarmerie dans des circonstances spécifiques: Lorsque la vie et l’intégrité physique des armes sont menacées, lorsque la défense des lieux et des personnes  dans le cadre  d’attaque terroriste nécessite et lorsqu’un terroriste est en fuite à bord d’un véhicule et qui risque de menacer la vie des citoyens ou lorsqu’il y’a commission des meurtres ou assassinats. »

Ce Parlement est manifestement incohérent. Il vote des lois contre ceux qui l’ont élu : les citoyens. Les Guinéens se sont mal barrés avec ce régime d’Alpha Condé.  

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.