Les scandales financiers en Guinée font des émules

Les scandales financiers en Guinée se succèdent et se ressemblent. Véritables jeux favoris sous le régime d’Alpha Condé, ces scandales font même des émules. Quoi de plus normal comme ce sont les mêmes qui sont auteurs, les mêmes qui initient, les mêmes qui crient au vol quand le partage ne contente pas tout le monde et ce sont les mêmes qui sont protégés par Alpha Condé himself.

Les scandales financiers ne dissuadent personne en Guinée, sauf ceux qui ne sont pas habitués à ces pratiques courantes manifestement admises comme une devise.

Aujourd’hui, c’est le cas du ministre Zénab Nabaya qui défraie la chronique. Mais, avant elle, on a vécu une scabreuse affaire portant sur 4 milliards de francs CFA (des mallettes en dollars et en euros) ont été interceptés par la vigilante douane sénégalaise. On sait qui a été incriminé. L’affaire a été tuée après qu’elle a été des choux gras pour la presse guinéo-sénégalaise. On a frisé des incidents diplomatiques. Que dit-on de cette misère de vingt-et-un millions de dollars américains, disparue à la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG), provenant  des différentes ponctions faites sur les montants à transférer à Citibank et à Standard bank à Dubaï ? A-t-on déjà oublié cette autre bagatelle de 4 milliards de francs guinéens disparue des caisses de la SOGEAC ? On a encore en mémoire le cas de Mariama Camara alias « SOGUIPAH »soupçonnée par la justice belge, d’avoir encaissé plus de 4,2 millions d’euros pour son bénéfice personnel. Que fait-on de cet autre détournement des 11 milliards de francs guinéens dont Kiridi s’est rendu coupable dans la fameuse rénovation du ministère de l’Agriculture, alors qu’il en était que simple intérimaire ?

Le cas de Zénab n’est que l’arbre qui cache la forêt. Et d’ailleurs, le banditisme économique est impuni. Il suffit de voir ceux qui entourent Alpha Condé et de s’informer sur les nombreuses réalisations en Guinée et d’ailleurs. 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.