Les urnes et la rue : Dalein en harmonie avec le FNDC

Dalein Diallo est loin de s’avouer vaincu, après un scrutin et une campagne bien menés. L’UFDG dispose de ses chiffres issus des urnes. Le RPG laminé à bien des endroits trouve inconcevable d’être bousculé jusque dans ses fiefs traditionnels, par un opposant qui a trop subi, trop accepté des compromis et trop roulé dans la farine.

Et soudain, Dalein s’autoproclame et prend son adversaire de court, le réduisant à un simple contestataire. La bataille des urnes se poursuit, même si, selon la CENI, jusque-là, Alpha Condé devance son challenger autoproclamé. Assigné à résidence par un arsenal d’engins de la police et de la gendarmerie avec une meute de forces antiémeutes, Dalein Diallo multiplie ses communications via vidéo et les réseaux sociaux. Sur le terrain, les manifestations avec morts d’hommes sont enregistrées. A Conakry et en provinces, avec pour message : « Notre victoire ne sera pas volée cette fois-ci ! » Pendant ce temps, le FNDC peaufine des stratégies pour la rue.

Déjà, il déclare illégitime et illégale la candidature d’Alpha Condé au scrutin du 18 octobre 2020 et « ne reconnaîtra donc pas une prétendue victoire d’Alpha Condé. Cette consécration du processus de confiscation du pouvoir ne refera que renforcer la légitimité et la légalité du combat du FNDC. » Dans une déclaration rendue récemment publique,  le FNDC estime que la condition préalable à toute élection dont les résultats pourront être considérés comme justes, crédibles et légitimes, est une élection à laquelle, Alpha Condé ne sera pas candidat et qui sera gouvernée par un système électoral complètement refondu et un ordre constitutionnel rétabli. D’ici là, lit-on, le FNDC demeure fidèle à ses principes fondateurs et demande au peuple de Guinée de rester mobilisé pour le départ de M. Alpha Condé au nom de la sauvegarde des acquis démocratiques, de la préservation de la paix et de la stabilité de notre pays.

Comme quoi, si les urnes sont perdues – de guerre lasse et en désespoir de cause -, les manifestations de rue sont envisageables afin de chasser le tyran. C’est du moins ce que laisse croire la famille FNDC de Guinée et d’ailleurs. Actuellement d’ailleurs, des mouvements de contestations sont en cours dans les grandes villes européennes et américaines. 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.