Lettre ouverte de l’UDRG au Président de la République et aux leaders politiques

UNION POUR LA DIVERSITE REPUBLICAINE DE GUINEE

A- Contexte et justification

L’union pour la diversité républicaine de Guinée est un mouvement à but non lucratif regroupant tous les jeunes de Guinée de l’intérieur et de l’extérieur du pays épris de paix et de justice qui aspirent à un partage équitable de la richesse commune. Ceci, sans discrimination ethnique ou religieuse entretenue très souvent par des politiciens affairés et véreux qui profitent de leurs biens mal acquis et leurs privilèges stratégiques pour tromper les femmes et les jeunes de Guinée dans le seul but de satisfaire et préserver leurs intérêts égoïstes.

Consciente du fait qu’un véritable épanouissement socio économique de la guinée ne peut être possible sans l’apport des jeunes et des femmes, consciente de la préservation des acquis socio économiques et démocratiques de notre pays, l’UDRG entend alors s’impliquer dans cette dynamique pour faire prévaloir ces couches juvénile et féminine.

La promotion de cette frange de la population est un atout considérable pour la concrétisation effective des aspirations légitimes du peuple de guinée. C’est pourquoi, de par ce document, l’UDRG interpelle les autorités de ce pays à se pencher religieusement sur cette question afin de permettre à la guinée de sortir enfin de l’ornière. Elle qui croupit depuis belle lurette sur le plan économique dans les profondeurs abyssales.

B – Objectif

Ne dit-on pas qu’à cœur vaillant rien d’impossible ? En effet, cette maxime, l’UDRG, se la fait sienne. Pour la simple raison qu’elle a déjà regroupé autour d’elle tous les jeunes des partis politiques, mouvements associatifs et toutes les personnes de bonne volonté pour atteindre l’objectif qu’elle s’est assignée. Cet objectif n’est autre que le bien –être de tous les guinéens consécutif à un partage équitable de la richesse du pays.

Malgré l’inertie notoire, l’incapacité intellectuelle, les mensonges, liés au clientélisme et la gabégie au sommet de l’Etat, l’UDRG n’a pas la prétention d’appeler à un évincement du Président de la République élu démocratiquement, autrement dit écourter son mandat d’ici 2020. Loin s’en faut. L’UDRG entend plutôt préparer une alternative avant cette date dans les règles de l’art démocratique. Car nous nous voulons démocrates et respectueux des principes régissant cette doctrine politique. Cette démarche vise à faire la pression sur le Chef de l’Etat par des voies légales afin que l’on aboutisse à un changement qualitatif et quantitatif en faveur des jeunes au sein de l’administration publique et parapublique.

Pour atteindre ce noble objectif l’union pour la diversité républicaine de guinée compte se doter d’arguments solides suivants :

– Une vraie reforme de la justice.
– La mise en place d’une cour des comptes digne de nom.
La dissolution de l’Assemblé Nationale.
– La création d’un fichier unique avec algorithme

I – De la reforme de la justice et de la consolidation du tissu social

a) De la reforme de la justice

Le Président de la cour suprême doit être totalement indépendant. Pour cela, il doit être élu par ses confrères (Magistrats, l’Ordre des Avocats, Juges d’instructions) pour un mandat de sept (7) ans non renouvelable.

Après sa désignation par ses confrères, il est confirmé par décret du Président de la République avec accord de l’Assemblé Nationale face à laquelle il prêtera serment.

Le Président de la cour suprême aura un budget de souveraineté et un autre de fonctionnement. Il aura la charge de nommer les magistrats et les affecter dans les différentes juridictions pour un mandat ne dépassant pas deux ans dans un lieu d’affectation.

Le Ministre de la justice nommera les 1/3 des juges d’instructions dont le nombre total sera défini dans une loi organique selon les besoins de l’Etat.

Un détachement de la gendarmerie nationale sera mis à la disposition de la cour suprême.

b) De la consolidation sociale

La Guinée est une République. De cette réalité, elle doit impérativement épouser les vertus d’un état de droit régie par des valeurs démocratiques. Notamment des lois votées par l’Assemblée Nationale et mises en application par les juridictions compétentes sans entrave.

Pour une Guinée unie et prospère dans sa diversité culturelle, sociologique, politique ou autres, et basée fondamentalement sur la démocratie, à défaut d’une dissolution des groupes régionaux qui sont l’Union Manding, la Coordination peul, la coordination de la basse guinée et celle de la forêt, leurs passages sur les antennes des radios privées et des chaînes de la radio nationale doivent être réduit au maximum pour ne pas dire disparaître. Car ces coordinations se sont illustrées en véritables catalyseurs de notre tissu social pour des intérêts malsains.

Pour preuve, les formations politiques ne sont-elles pas constituées en guinée sur une base régionaliste ? Les différentes consultations électorales dans notre pays nous ont permis de comprendre cette regrettable situation. Chaque candidat s’étant adossé à son bastion régionaliste pour se faire une place au soleil. Feu honorable jean Marie Doré (que sont âme repose en paix) en guinée forestière, Alpha Condé en Haute guinée, Cellou Dalein au Fouta et sydia Touré en Basse guinée.

II – De la mise en place d’une cour des comptes.

La nécessité d’une refonte de la cour des comptes est un impératif. Elle contribuera sans aucun doute à une meilleure gestion des finances publiques. Et pour parvenir à cette fin, sa composition devrait obéir à des critères basés sur la compétence et la probité morale. Tel est le vœu du peuple de guinée.

Aucun Ministre, aucun cadre du ministère de l’économie et des finances, ou du département du budget et de la banque centrale de la République de Guinée ne sera membre de la cour des comptes. Ce choix doit être fait dans un fichier unique avec algorithme. Ainsi, cela permettrait une gestion transparente de la chose publique et en toute impartialité.

III – De la dissolution de l’Assemblée Nationale.

Nul n’est censé ignorer que l’Assemblée Nationale actuelle ne reflète pas du tout la volonté du peuple de guinée. Elle est plutôt la résultante d’un copinage et de clientélisme savamment montés par les acteurs politiques au détriment du bas peuple. C’est pourquoi, elle doit être dissoute et ses membres remplacés par les jeunes et femmes des partis politiques par la proportionnelle.

Comme exemple, le RPG arc-en-ciel a obtenu aux élections législatives 53 députés. Ces derniers doivent être remplacés par 53 jeunes du parti avec au moins 40% de jeunes femmes
L’UFDG ayant obtenu 37 députés doit également faire remplacer ses représentants par 37 jeunes du parti avec au moins 40% de jeunes femmes etc…

IV – De la création d’un fichier unique avec algorithme

Pour la modernisation et la continuité du service public de l’Etat, le recrutement et la nomination des hauts cadres (Secrétaires généraux, Chefs de Cabinets, directeurs nationaux, représentants dans les institutions internationales etc…) doivent se faire sur la base d’un CV pré-enregistré dans un fichier qu’on appellera Fichier National des Cadres.

Tous les citoyens guinéens sont libres de s’inscrire dans ce fichier mais ne doivent en aucun cas être membre d’un parti politique.

Cette méthode de nomination ne terni en aucun cas le pouvoir discrétionnaire de nomination du chef de l’Etat à des postes politiques de son choix, mais au contraire préserve la qualité et la continuité de l’administration qui doit rester apolitique.

FOFANA SIDIKI
Tel : 623 72 80 87

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.