L’OGP déclare la guerre aux entreprises de communication et de publicité clandestines

Peu après l’expiration de l’ultimatum lancé par l’Office guinéen de la publicité (OGP) aux sociétés de communication et de publicité évoluant dans la clandestinité pour se conformer, son directeur général Paul Moussa Diawara — accompagné de ses collaborateurs et des agents de forces de l’ordre — a procédé lundi à la fermeture de plusieurs agences et à la destruction de panneaux publicitaires illégalement implantés le long des routes.

C’est par la commune de Kaloum que la campagne a commencé. Là, plusieurs sociétés ont été désagréables surprises par la visite de l’OGP. Les autorités reprochent à celles-ci de s’être établies clandestinement, sans autorisation préalable de l’office.

Selon Paul Moussa Diawara, la mesure vise à faire respecter «les normes qui sont édictées par l’institution, a-t-il expliqué. La réglementation est foulée au sol par certaines agences. Donc notre devoir, c’est de faire en sorte que cela cesse et que nous revenions à une gestion normale de ce secteur important et névralgique dans la vie économique et sociale de notre pays».

Outre les agences, des panneaux d’affichage publicitaires ont été déguerpis par les gendarmes. Le directeur de l’OGP a dénoncé l’anarchie qui règne dans ce secteur avant de menacer de poursuivre devant la justice leurs propriétaires.

La campagne s’étendra aux autres communes de la capitale et à certaines préfectures de l’intérieur du pays. L’objectif est de mettre fin au désordre qui règne dans le secteur de la publicité et de la communication en Guinée, qui fait perdre à l’État chaque année d’importantes sommes d’argent.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.