Loi des finances rectificative : Alpha fait-il (encore) rêver ?

Mensonges d’Etat, fausses promesses, abus, manque de vision, absence de priorités dans la gestion des affaires publiques, etc., la gouvernance d’Alpha Condé est manifestement faite de d’approximations. Cet amateurisme renouvelé avec le vote à l’Assemblée unicolore de la Loi de finance rectificative en dit long sur ce qu’on peut attendre de ces rapaces égoïstes qui ne pensent qu’à eux.

En parcourant certains pages de cette LFR, on se rend compte du réel chaos. Des départements sans résultats ont vu leur budget croitre, tandis que des ministères tels que l’Environnement, l’Elevage, la Santé, etc. ont été relégués au second plan. Cela dénote bien l’incurie du gouvernement mais surtout le manque de vision.

En effet, selon ce député qui a voté contre la LFR, « des départements qui n’ont aucune importance en ce moment et on se permet de les doter de budget. Lorsque vous prenez le volet santé, comment se fait-il qu’avec cette pandémie, on se permet de diminuer le budget de la santé. Au niveau aussi de l’environnement, avec les activités minières, le réchauffement climatiques et tous les autres calamités, mais on se permet de diminuer le budget du ministère de l’environnement. On remarque qu’on a aussi diminué le budget de l’agriculture et de l’élevage alors qu’on parle d’autosuffisance alimentaire. Là aussi il y a des problèmes. J’ai remarqué que sur les 39 départements, il n’y a que 6 départements qui ont connu une diminution. Je me demande aussi pourquoi on diminue le salaire du pauvre citoyen de 5% et on se permet d’augmenter le budget de certains départements ministériels. »

Au regard de cet amateurisme ambiant, les rapaces égoïstes de la République doivent être bannis. La Guinée est livrée à elle-même, entre les mains des affameurs, des rongeurs.  La majorité silencieuse est à la merci des écorcheurs. Alpha Condé et Damaro augmentent leur budget : 174 844 061 000 GNF pour le 1er et 357 819 955 000 GNF pour second, pendant que le leader du RPG demande aux Guinéens de serrer la ceinture et de faire preuve de patriotisme. Au lieu de réduire leur train de vie, par la décongestion d’abord du gouvernement parallèle, mais surtout inutile qui écume Sékhoutouréya, en qualité de ministres conseillers, Alpha Condé fait ponctionner 5% du salaire de chaque fonctionnaire au nom d’une prétendue cotisation…forcée.

Comment peut-on en juste 4 mois augmenter à plus de 35% le budget de la présidence ou de l’Assemblée nationale ? Dans les conditions normales, se lâche Ibrahima Keita, l’Etat devrait diminuer son train de vie et prouver au peuple sa solidarité pendant cette période de pandémie de Covid-19, accroître les subventions publiques où toutes les activités sont au ralenti, au même titre que le secteur privé qui est en difficulté. Et Baadiko de s’offusquer : « Nous avons deux chapitres : la présidence de la République tout court avec un budget rectifié de 669 milliards 355 en page 20 et nous avons en page 29 autres dépenses de la présidence de la République, ce qui nous fait au total 1044 milliards (…) ces dépenses ont augmenté de 51.3% »

Et le député de poursuivre : «Lors des travaux en commission, on a entendu beaucoup de députés déplorer l’état des routes du côté de N’zérékoré, Yomou, Lola, Beyla, Kankan, Conakry et surtout la catastrophe que représente la fameuse route nationale N°1 Coyah-Dabola. De nombreux députés ont dénoncés les travaux arrêtés. Ces routes deux ans après leurs livraisons, ne servent plus à rien et des entrepreneurs véreux à qui on attribue toujours les mêmes marchés. Ça été dénoncé.Mais moi ce j’ai trouvé très curieux : je n’ai entendu un seul député du Foutah se plaindre. Je me suis demandé pourquoi ? La réponse est toute simple : Le Foutah n’a aucun problème de projets abandonnés ou de projets arrêtés.  Puisque le Foutah n’a aucun projet en route. Il n’y a pas de chantiers ni de projets au Foutah », a dénoncé l’opposant.

Avec l’augmentation du budget de la Présidence dont l’explication donnée serait liée à la pléthore, on semble omettre les fonds spéciaux de la Présidence de la République estimés dans la LFI à GNF 131 102 158 000 représentent six fois le budget annuel accordé au Ministère des Droits et de l’Autonomisation des Femmes. C’est à peine, lit-on dans la presse locale, si la ligne de crédit qui est de 20 016 452 000 accordée au Ministère des Droits et de l’Autonomisation des Femmes fait 15,2% des fonds spéciaux de la Présidence de la République qui sont estimés à GNF 131 102 158 000(dépenses actions de souveraineté, dépenses accidentelles et imprévisibles et autres dépenses diverses). Allez-y savoir si vraiment Alpha Condé fait encore rêver…

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

  1. bateka dit

    vive gouverner autrement.
    En Guinée on gouverne autrement que dans tout Etat normal!!
    Pauvre Guinée qu’as tu fais pour mériter Alpha Condé?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.