Loi des finances rectificatives 2014 : Les recettes baissent de 630 milliards de FG

La session parlementaire consacrée à l’examen des projets de loi de finances se poursuit à l’hémicycle. Mercredi, les députés de l’Assemblée nationale ont examiné le projet de loi des finances rectificatives 2014. Les débats ont été suivis des événements de la journée parlementaire sur la lutte contre le virus Ebola.

A l’entame des débats, le président du Parlement Kory Koundiano, tout en déplorant l’absence des certains députés, a déclaré que ces députés qui persistent dans cet absentéisme pourraient ne pas percevoir leurs primes.

Au cours des débats, certains députés regrettent de n’avoir pas pu recevoir certains ministres par secteur pour que ces derniers passent devant l’Assemblée nationale pour apporter des éclaircissements aux questions qui seront posées.

En plus, certains députés voient la durée de la session budgétaire, réduite à 55 jours, très minime et n’a pas plu à Aboubacar Sylla, député du groupe ‘’Libéraux Démocrates’’.

« Nous somme réduits à une session de 55 jours, alors que la loi nous permet d’en avoir 90 jours. Vous savez, je l’ai dit et je le répète, la loi des finances est très importante, c’est le budget de l’Etat. C’est le meilleur moyen de contrôle que l’Assemblée a sur le gouvernement, parce qu’il peut influer les allocations budgétaires pour les différents secteurs qui concernent les populations dont nous avons le mandant dans cette salle.» a fait remarquer Aboubacar Sylla.

A l’issue des débats, le projet de Loi des Finances rectificative 2014 a été examiné et adopté par les députés de l’Assemblée Nationale. Un document qui met en évidence l’impact du virus Ebola qui frappe de plein fouet l’économie guinéenne.

Selon ce document, les recettes de l’Etat guinéen baissent  de 630 milliards de francs guinéens à cause du virus Ebola. Le taux de croissance prévu à 4,5% a été revu à la baisse à 2,4%.

Le taux d’inflation quant à lui, qui devrait se stabiliser à 8,5% grimpera à 9,5% au dernier trimestre de 2014, annonce le ministre délégué du budget, Ansoumane Condé dans la présentation du budget de l’Etat devant les députés.

Quant au volet dépenses de l’Etat qui était de 13.900 milliards fg pour cette année, montent désormais à 15.100 milliards de fg. Soit un gap de 1200 milliards de fg dont les députés se posent encore des questions sur les lignes de crédits dans le budget de l’Etat.

La lutte contre le virus Ebola s’est également invitée dans les débats parlementaires. Plusieurs députés ont demandé à l’Assemblée nationale de faire une résolution parlementaire sur le drame de Womey et la constitution d’un suivi sur la riposte à virus Ebola.

Abdoul Wahab Barry, Kabanews

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.