L’opposition réunifiée: calcul politicien ou nécessité ?

La seule stratégie qui vaille – l’unité des leaders politiques – pour l’opposition républicaine pour contrer un 3è mandat de plus en plus apparent avec le retour des sirènes révisionnistes telles que Ibrahima Kourouma, BantamaSow, MariamaDiaby en attendant la suite de l’équipeest de taire les divergences internes. C’est désormais chose faite depuis le mercredi soir.

On ne sait quand même pas si c’est un calcul politicien qui vient à point nommé ou c’est juste une nécessité des uns et des autres ? Le FAD ayant devenu très vite fade, Sylla et Cie reviennent à la maison « pour laver le linge sale en famille. » Et pour y arriver :« Nous avons évoqué nos problèmes et nos difficultés. Des excuses ont été présentées et acceptées de manière à ce que finalement nous tournions la page de ces divergences que nous avons connues par le passé », explique le porte-parole de l’opposition républicaine.

Pour ceux qui s’en doutaient, « L’opposition républicaine se retrouve dans la plénitude de sa composition afin qu’on puisse affronter le plus important, le plus essentiel, c’est-à-dire mener le combat politique que nous avons initié afin de changer la gouvernance exercée  dans ce pays. » Il y tout de même des préalables : « Et cette alternance n’est possible  que si l’opposition est unie et forte. Donc, nous avons décidé de taire toutes ces divergences, de tourner la page de ces petits conflits internes. »

Le pouvoir de Conakry ne voudra pas de cette unité des opposants. Surtout au moment où il œuvre pour placer les pions pour un passage en force. Ne tarissant jamais de stratagèmes, Alpha Condé semble miser sur la nomination d’un opposant au poste de ministre et ou d’ambassadeur. La démarche est en train d’être mûrie. Plus rien ne semble arrêter le locataire de Sékhoutouréya dans sa hantise. On verra bien.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.