Louceiny Nabé : Pourquoi les dettes extérieures de la Guinée ont dépassé 4 milliards de USD en 2019 ?

Louceiny Nabé : Pourquoi les dettes extérieures de la Guinée ont dépassé 4 milliards de USD en 2019 ?

Les dettes extérieures de la Guinée ont explosé en 2019 atteignant 4,29 milliards de dollars, a-t-on appris de source officielle.
Au cours de la même année, rapporte notre source, l’encours de la dette publique représente 36% du PIB (Produit Intérieur Brut). Alors que le service de la dette extérieure représentait 100,9 millions de dollars. Soit environ 17% des exportations des biens et services du pays.
C’est en tout cas, ce qui rapporte une note explicative de la Banque Centrale.
Et pourtant en 2018, le niveau de dette extérieure était estimé à 2,17 milliards USD, contre 1,77 milliard USD en 2017 et 1,34 milliards USD en 2014, selon toujours la BCRG.
Cependant, en 2011, soit une année, avant l’atteinte du Point d’achèvement de l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) en 2012, validée par le FMI et la Banque mondiale, et qui avait permis à la Guinée de bénéficier d’une réduction de 2,1 milliards USD de sa dette multilatérale, le niveau des emprunts à l’étranger se situait autour de 3,4 milliards USD.

Mais quelle explication peut-on donner à cette explosion des dettes extérieures de la Guinée en 2019?

Invité chez nos confrères de Lynx fm, le Gouverneur de la Banque Centrale tente d’apporter des précisions sur cette explosion des dettes extérieures.
Pour Louceiny Nabé, l’endettement a bougé, mais il reste encore modéré :
« L’annulation en 2012 de la dette extérieure signifie en substance que les possibilités de contracter de nouvelles dettes se présentent pour financer de nouvelles infrastructures. L’endettement a bougé depuis. Mais il est encore considéré comme modéré », a indiqué le Gouverneur de la Banque Centrale.
Ajoutant qu’à travers le Programme accompagné par la Facilité Elargie de Crédit « …. Il y a des critères permanents qui sont fixés en termes d’emprunts non concessionnels. Chaque fois que possible, le pays peut s’endetter pour faire face à des travaux d’équipements. Le montant de la dette tel qu’il est aujourd’hui n’est pas de nature à entraver les capacités de remboursement du pays ou à faire obstacles à nos relations avec nos partenaires au développement. Lors de la dernière évaluation du programme, ce critère a été satisfaisant…. », a-t-il expliqué
A la question de savoir si les préparatifs des élections législatives et référendaires auraient impacté cette exposition des dettes extérieures, Louceiny Nabé, dira que cela n’a rien à voir avec les élections en perspectives, mais plutôt les investissements, notamment dans les secteurs de l’énergie et les infrastructures routières qui se taillent la part du lion :
« L’énergie et les routes se taillent la part du lion dans les dettes contractées par la Guinée depuis l’atteinte du PPTE. Les dépenses en matière électorale se dessinent exclusivement à ce qui est décaissé en faveur de la CENI. Les montants qui ont été retenus ont été décaissés ou sont en voie de décaissement par la CENI. A par cela, il n’y a absolument rien qui lié aux élections », a tranché le premier responsable de la Banque Centrale.
Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

  1. bateka dit

    Alpha Conde chante sur les toits d’achèvement du PTTE comme étant son principal acquis prouvant la bonne gestion de chose publique.
    En trois ans de gouvernance marquée par la corruption devenue mode de gouvernance de notre professeur sorte de Sorbonne, la dette extérieure a de nouveau explosé pour dépasser 4 Milliards $.
    Cela ne serait pas aussi grave si ces montant contractés étaient investi par example dans les infrastructure.
    Ou sont passés ces plus 4.000.000.000.000 $? si on pense que jamais un gouvernement guinéen n’a autant vendu les concession minière comme celui de notre professeur opposant historique »

Répondre |
Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.