L’UFDG dans le processus électoral : Guinee7.com annonce, Damaro confirme et Dalein dément

Trouver un argument à brandir devant ses militants reste le seul obstacle à franchir pour que l’UFDG, le principal parti de l’opposition, revienne dans la course du processus électoral qu’il a boudé avec fantaisie. Selon nos informations, les négociateurs de l’UFDG, ont depuis la semaine dernière, commencé les discutions avec le gouvernement. Voici l’information donnée par nos confrères de Guinee7.com.

Très vite, le leader de l’UFDG dément, à travers un Tweet : «Des rumeurs véhiculées par des sites internet font état de démarches menées par l’UFDG, vers le pouvoir en vue de sa participation aux législatives. Je démens formellement ces rumeurs qui ne visent qu’à diviser l’opposition politique et à affaiblir le FNDC. »

Le chef de file de l’opposition avait auparavant déclaré : « Le refus de l’opposition de participer à la mascarade électorale en gestation relève d’une démarche d’anticipation et de prévention de violences politiques et de conflits post-électoraux qui résulteront d’une élection truquée. Pour nous, c’est à la source que le problème doit être traité, en concentrant tous nos efforts d’abord sur l’assainissement du Fichier électoral de manière à ce qu’il soit le reflet fidèle du corps électoral guinéen. »

Après tout, « Le fichier est la pièce maîtresse de toute élection juste et équitable. Ensuite, il faut procéder à l’achèvement des élections locales, rien ne justifiant qu’on suspende une élection et qu’on passe à une autre. Enfin, il faut que l’organe de gestion des élections soit dirigé par un homme compétent, neutre, et impartial pour que l’indépendance de l’institution soit préservée. » Dalein ne semble pas convaincre.

En effet, Damaro Camara persiste. Selon média Guinée qui rapporte une source, le président du groupe parlementaire Rpg Ar-en-ciel a confirmé l’information ajoutant qu’il avait été demandé aux opposants de matérialiser leur démarche par un écrit. Seulement, « Ce qu’ils n’ont pas fait. Et mieux, on apprend que les négociateurs, malgré le décret fixant l’ouverture de la campagne électorale à partir de ce jeudi dans tout le pays, continuent de croire que le président pourrait accepter le retour des opposants dans le jeu. En tout cas jusqu’hier, ce n’était pas possible. Alpha Condé, comme réponse, a pris le soir le décret de campagne. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.