Lutte anti-corruption avec Don Kass : mission impossible ?

La lutte anticorruption a été évoquée et étalée au cours du discours sur la politique générale du gouvernement. Juste après, des têtes parmi tant d’autres encore sont tombées. Le RPG, parti au pouvoir veut que la lutte soit plus accrue. Mais Don Kass risque de se heurter à plusieurs obstacles.

Ce qui fait dire à Marie Madeleine Dioubaté candidate malheureuse à la présidentielle dernière : « Si Kassory veut réellement lutter contre la corruption, il devrait commencer par son département et la Présidence de la République où d’ailleurs il a occupé un poste important. Mais l’audit doit s’élargir à tous les départements ministériels et sociétés d’Etat dans lesquelles on se livre à des détournements de fonds publics par la complicité des cadres de la Présidence. Je pense par exemple à la SEG, à la SOGEAG, à la CNSS, aux impôts, au Port Autonome de Conakry, à l’EDG, les universités publiques,  la pêche, aux secteurs miniers, aux marchés publics etc.,». Conséquence : « Je reste sceptique sur ce qu’il va faire pour lutter contre réellement  la corruption. »

Pour sa part, Don Kass entend promouvoir la bonne gouvernance. Pour y arriver, il cite le rapport 2011 de l’Agence Nationale de Lutte contre la Corruption, repris par celui de 2017. Il fait état du volume des pots de vin pour la Guinée avoisinant en moyenne 600 milliards de francs guinéens chaque année. « C’est pourquoi, je mets au centre de l’action gouvernementale la lutte contre la corruption pour traduire dans la réalité la vision du Chef de l’État pour une gestion parcimonieuse des finances publiques, de façon à investir plus efficacement dans l’amélioration des conditions de vie des populations. Pour cette raison, ma politique sera d’une tolérance zéro contre la corruption. C’est cela mon engagement vis-à-vis du Président de la République. » On attend de voir.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.