Lutte contre la corruption :Kassory se taille des perles

En suivant les déclarations de Kassory Fofana, ces dernières 24 heures concernant la lutte anti-corruption qu’il aurait engagé sous son magistère, certains ont dû certainement ouvrir largement les yeux. L’ex super-ministre des Finances sous Lansana Conté se taille des perles et brandit sa lutte comme un trophée de guerre.

Pour lui, « Aucun n’a combattu la corruption comme je l’ai fait. Personne ne peut délivrer un bilan en termes de corruption, je dis bien tous gouvernements confondus, comme moi. » Il en veut pour preuve : « C’est en mon temps que les cadres ont été radiés de la Fonction publique. Leurs biens ont été saisis et vendus. Ils ont été traduits en justice. Depuis ça, je n’en ai pas connu. » Sacré Ibrahima Kassory Fofana !

Pourtant, il y a peu, l’UFR, à travers Sydia Touré dans le n°2079 de Jeune Afrique/L’intelligent dégainait : «L’argent qui commençait à affluer dans les caisses de l’État avait attisé les convoitises de quelques kleptocrates. Ces derniers ont organisé un système mafieux. En sortant lui-même de sa cachette (J.A.I. n° 2079), M. Kassory Fofana révèle au peuple guinéen son rôle central dans les malversations en cause. Il lui reste à rentrer au pays pour se mettre à la dispositionde la justice qui a ouvert le dossier sur la corruption, au lieu de prolonger ses « congés » à l’extérieur. »

Et Sydia de poursuivre son témoignage : « Nommé malgré tout au Budget, Kassory assiégera les services de la Présidence par diverses intrigues et parviendra à ses fins en février 1997 en prenant le portefeuille convoité.Son premier acte à la tête du ministère de l’Économie et des Finances consistera à faire éclater la structure du comité de Trésorerie qui réunissait le Premier ministre, deux ministres délégués et le gouverneur de la Banque centrale. La totalité des dépenses publiques se fera, désormais, sans engagements préalables et sur simple signature du seul ministre de l’Économie et des Finances, c’est-à-dire M. Kassory Fofana. »

Que dire du rapport Hervé qui avait coûté au très côté Journal l’Indépendant?Comme si cela ne suffisait pas pour disqualifier Kassory Fofana dans sa fameuse lutte anticorruption supposée, l’homme était cité  dans obscure affaire dite de « Timbres fiscaux » avec Super V. La malversation qui aurait occasionné à l’État un manque à gagner évalué à 11 milliards GNF. Dire aujourd’hui qu’il fut le chantre de l’enrichissement illicite en Guinée, Kassory oublie vite. Mais, les faits sont têtus, vraiment têtus.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.