Macron lessive Condé: le RPG ébouillanté,voit rouge !

Alpha Condé et le RPG, le parti au pouvoir se trouveront certainement ailleurs une hypothétique reconnaissance, loin de Paris et de l’ensemble de l’Union européenne. En tout cas, Macron vient de lessiver le président guinéen, de quoi hérisser les poils des faiseurs de roi voyant – par mauvaise foi et une fierté perdue – dans cette interview du président français, une sorte d’immixtion, un outrage, ou quoi encore.

Le RPG, encore échaudé, ébouillanté voit rouge, alors que Dalein applaudit la position de l’Hexagone et le FNDC lui aussi jubile mais appelle à des sanctions ciblées, à l’endroit du régime Condé.  « Je pense que la situation est grave en Guinée, pour sa jeunesse, pour sa vitalité démocratique et pour son avancée », se lâche le président français. Connaissant déjà l’amalgame en cours à Conakry, notamment au sein du parti au pouvoir, Macron étaie la position de la France, l’éloignant complètement d’une quelconque immixtion. Conakry et le RPG n’ont donc pas droit de brandir une prétendue souveraineté, encore moins, le NON de 58.

Pour les partisans de cette option, Macron est on ne peut plus clair : « La France n’a pas à donner de leçons. Notre rôle, c’est d’en appeler à l’intérêt et à la force qu’a le modèle démocratique dans un continent de plus en plus jeune. L’Afrique a intérêt à construire les règles, les voies et les moyens pour avoir des rendez-vous démocratiques réguliers et transparents. L’alternance permet la respiration. Elle est aussi le meilleur moyen de permettre l’inclusion dans la vie politique et de lutter contre la corruption, qui est le pendant d’une conservation trop longue du pouvoir. Ce ne sont pas des leçons, c’est du bon sens. »

Le sang du RPG et de son leader doit faire un tour. Tous échaudés par les premières réactions de la France et de l’UE, à l’issue des résultats de la présidentielle, ils se verront encore malmenés, sonnés, lessivés. Avec une grosse déception, Macron rappelle : « J’ai eu plusieurs fois des discussions avec le président Alpha Condé – des discussions très franches, y compris le 15 août 2019, quand il était en France. Le président Condé a une carrière d’opposant qui aurait justifié qu’il organise de lui-même une bonne alternance. Et d’évidence, il a organisé un référendum et un changement de la Constitution uniquement pour pouvoir garder le pouvoir. C’est pour ça que je ne lui ai pas encore adressé de lettre de félicitations. »

Paris va user de la politique du bâton et de la carotte. Aux prochains jours peut-être, Alpha Condé sera invité ou aura sa lettre de félicitation. Mais, la leçon sera quand même bien apprise du côté de Sékhouturéya. La douche froide est déjà historique. Et elle fera école. Même parmi les partisans de l’amalgame : « Ce ne sont pas des leçons, c’est du bon sens», anticipe déjà le président français.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.