Maigre consolation pour les enseignants…

En parent pauvre de l’ensemble des secteurs, les enseignants sont loin de sortir du bout du tunnel. La grève avec morts d’hommes, lundi, n’a pu aboutir qu’à une maigre consolation, notamment avec la revalorisation des primes. La prime de craie fixée à 44 mille GNF est désormais à 100 GNF et 80 000 GNF comme prime de préparation. Cette augmentation fait honte au regard des milliards brassés au compte des particuliers supposés apporter du sang neuf à la Guinée.

Pour davantage tromper les bouffe-craie,  « Le gouvernement s’engage à satisfaire tous les points de revendication non-satisfaits relatifs aux dispositions du statut particulier de l’Education. A cet effet, les parties s’accordent à revaloriser les primes comme suit : 20% pour les indemnités de zone, les primes pour les classes multigrades, indemnités de risque de travail et primes d’encadrement pédagogique. » Dans les faits, murmure un enseignant, cela ne représente rien. Plus grave, regrette-t-il, rien n’a été prévu pour la documentation. En tout cas, le protocole évoque ceci : « L’indemnité de documentation, indemnité d’installation et le fond pour la stimulation des enseignants chercheurs restent inchangés. »

Cette maigre consolation accordée aux enseignants pourrait au moins favoriser l’ouverture des classes. Le maintien de   l’ancienne valeur monétaire d’indice à 1030 au lieu de 75 synonyme d’une augmentation supplémentaire de 40%, est renvoyé pour septembre. Selon le protocole, les parties s’accordent de remettre cette question lors des négociations tripartites devant être appuyées par une expertise internationale spécialisée en question salariale. Certains enseignants crient déjà à la cabale, d’autres, une fuite en avant. Un troisième groupe ne rêve même plus de cette valeur monétaire. En attendant, Alpha sort du traquenard. Et c’est tout ce qu’il cherchait.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.