Mairie de Matam : Sorya Bangoura, déjà dans le manteau de l’élu

Il revendique la Mairie de Matam depuis le soir même des communales du 4 février dernier. Sorya Bangoura (UFDG) se met donc aujourd’hui dans la stature du maire élu. Il déroule ses priorités.

Extrait : « D’abord, la première des choses, c’est l’état de lieux. Expliquer, parce que la communication pour moi est essentielle. M’adresser aux populations pour qu’elles voient qu’est-ce qui leur appartient, qu’est-ce qui leur appartenait, qu’est-ce qui a été volé, les gens vont le savoir. Après ça, nous allons commencer le travail par l’assainissement qui commencera par la sensibilisation et la collecte ; mais aussi le pollueur-payeur. En ce qui concerne les sachets plastiques, c’est l’Assemblée nationale qui votera une loi ; mais, si je suis maire de Matam, ce qui va se passer, c’est que les bordures de mer seront nettoyées. Tous ceux qui savent qu’ils sont vendeurs ou fabricants de sachets plastiques payeront pour le nettoyage dans ma commune. »

Au micro de nos confrères de Guinée matin, Sorya Bangoura ajoute : « Nous ferons de la santé des populations une priorité ; mais, également l’éducation des enfants parce que nous n’avons aujourd’hui pratiquement pas d’écoles primaires à Matam, nous n’avons pas de crèches. Tout ce qui nous arrive est dû au manque d’éducation, et un regard absolu sera porté sur la formation puisque nous sommes dans un monde de compétition et de compétiteurs. Nous ne pourrons pas tout faire ; mais, nous ferons aussi en sorte que les personnes âgées soient au minimum prises en charge par la communauté, la commune le fera. » S’agissant de la Police de proximité, l’UFDGiste s’engage de sorte que les citoyens ne soient pas bafoués. « Je veillerai également à ce que les promesses que nous allons tenir soient strictement appliquées. Les domaines publics de l’Etat seront valorisés. Nous ferons en sorte que les femmes soient à l’abri de certains besoins parce qu’elles peuvent faire le commerce, valoriser leurs produits dans des conditions requises.  Ça sera une gestion de proximité », poursuit-il. Sorya Bangoura veut aussi valoriser les déchets de sa commune et même aider d’autres communes.

Tout un programme. Mais, en attendant, le chemin est encore loin…

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.