Malick Koné (DPJ) : le flic doit jubiler après le départ de Keira

Alpha Ibrahima Keira avait promis, à sa prise de fonction, du zèle dans l’exercice de celles-ci. Ce même zèle l’a emporté jusqu’au creux de la vague.

Cette décadence,  le directeur central de la police judiciaire (DPJ), Abdoul Malick Koné récemment suspendu de ses fonctions et remplacé par son adjoint, Mamady Kourouma, pour dit-on faute lourde, doit jubiler. Avec cette intonation : ‘’Le roi est mort, vive le roi’’ qui est une phrase traditionnelle que l’on proclame lors de l’avènement d’un nouveau monarque en France. Sauf qu’avec l’arrivée de Damantang Camara à la tête du Département sera moins ponctuée de zèle et de règlement de comptes.

Abdoul Malick Koné, frère de Badara Koné (UFR) actuellement en prison doit donc se réjouir du départ de Keira, il aurait refusé d’obéir à une instruction donnée par sa hiérarchie autour de l’arrestation d’un des membres de sa famille par une équipe de la gendarmerie.

Nommé en juillet 2018 suite à un décret présidentiel ce commissaire de police, directeur central de la police judiciaire (DPJ) s’est vu être suspendu par arrêté du ministre de la Sécurité, Alpha Ibrahima Keira, lu à la télévision nationale.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.