Mamadou C. Baldé député de Labé : ‘’Samba Diouma est en train d’être utilisé par les autorités de Labé’’.

Ces derniers temps des tensions sociopolitiques secouent la région administrative de Labé où parfois le parti du chef de file de l’opposition est pointé d’un doigt accusateur.  D’autres personnes affirment  que le parti se porterait mal dans son fief. Dans cette interview exclusive que le député uninominal de Labé  l’Honorable Mamadou Cellou Baldé  nous  a accordée, Il apporte des précisons, déments certaines accusations tout en chargeant d’autres.

‘’ Nous connaissons tout ce qui entoure aujourd’hui Samba Diouma Camara. C’est en ce sens que je dis il y a non seulement l’appui de certaines autorités  mais aussi des transhumants politiques. Qui, le matin sont des journalistes, à midi responsable de droit de l’homme et le soir ils sont de la société civile alors que permanemment ils sont des partis politiques. Il y a parmi eux des gens qu’hier était de l’UFD, à un moment ils sont venus dans le parti AFIA chez Docteur Saliou Balla et après cela ils étaient en train de mettre un /des mouvement(s) à Diallo Sadakadji ‘’

Kabanews : Bonjour  Honorable  Mamadou Cellou Baldé

Mamadou Cellou Baldé : Oui bonjour

Kabanews : Comment se porte aujourd’hui l’UFDG à Labé ?

MCB :   Après les élections législatives jusqu’à maintenant l’UFDG se porte à merveille. J’ai fait un score fleuve lors des dernières échéances électorales.  C’est vrai qu’après les législatives il y a eu beaucoup de mouvements qui se sont passés. À un moment on a créé un mouvement de soutien à l’initiative de Diallo Sadakadji. Après avoir rallié le parti MSD (NDLR : Mouvement pour la Solidarité et le Développement) ça avait suscité un peu d’inquiétude chez les militants. Sadakadji étant de Labé ça pourrait affecter un peu la qualité de la  mobilisation de l’UFDG. Mais ça n’a pas vraiment affecté le parti et aujourd’hui il a démissionné au sein de ce parti. Actuellement nous sommes en train de tenir des rencontres avec l’ensemble des secrétaires généraux  de sections, des présidents des comités de base, le cercle de réflexion des cadres et tous les sèrès de l’UFDG  pour préparer la tenue des congrès. Déjà le congrès des comités des basse a été entamé. Et nous allons faire le congrès des sections. D’ici le 25 septembre nous allons procéder à celui de la fédération.  Tous ceci, c’est en perspective de la tenue du congrès national de l’UFDG. Je peux affirmer sans aucun risque de me tromper que le parti se porte très bien.

Et si on organise maintenant les élections communales, est ce que vous avez la certitude de les remporter ?

MCB : Oui évidemment ! L’UFDG est convaincu de remporter les élections communales avec un score à la soviétique.

Actuellement beaucoup de tensions secouent la ville de Labé et  à chaque situation vous êtes choisi comme le médiateur.

MCB : C’est ne pas maintenant que le choix est fait. Là on m’interpelle  par rapport à mes responsabilités. Le choix est déjà fait, quand sur les 100 % d’une collectivité, les 95% vous font confiance au-delà de tout, une fois élu, c’est pour tout le monde. Aujourd’hui je suis  le représentant légal des populations de Labé.  J’ai un mandat représentatif, je suis censé les représenter. C’est à ce titre et par confiance que quand il y a des litiges on me fait appelle. Vous savez que le gouvernement du professeur Alpha Condé souffre d’une crise de légitimité.  Avec toutes les répressions et barbaries  les gens n’ont plus confiance  en eux.

Quelle   place occupe  la jeunesse au sein de votre parti ?

MCB : La force de frappe d l’UFDG c’est la jeunesse.  Je suis l’émanation de cette jeunesse. Depuis 2007 j’ai conduit avec mes collègues et amis beaucoup  de mouvements. En commençant  par le mouvement jeune de 2007 en passant par la Coalition citoyenne des jeunes de Labé  qui avait organisé  la marche contre la candidature de Dadis et son arrivée à Labé.  Tout ça c’est pour vous dire que la jeunesse est présente.

Récemment Samba Diouma Camara, directeur de la Maison régionale des jeunes et  du CECOJE vous a accusé et votre parti de manipuler les différentes associations de jeunes de la préfecture de Labé pour demander son départ à la tête de ces deux institutions. Que lui répondiez-vous ?

MCB : Je ne tiens pas à répondre à Samba Diouma Camara.  Je vais juste apporter des éclaircissements et des précisions à la situation en question. C’est ne pas seulement le Fédéral des jeunes et moi-même que Samba a accusé, c’est tout le parti.  Samba est un jeune de Labé comme tous les autres. Je barre le chemin à ceux qui veulent promouvoir le régionalisme et le sectarisme. Il y a des jeunes de Beyla qui sont nés à Labé, on ne peut pas dire qu’ils ne sont pas de Labé.  Samba je lui ai connu quand j’étais responsable de SIDA transversal, je lui avais reçu. Il n’était même pas diplômé à l’époque.  Il est resté pendant des années chef du CECOJE et directeur de la Maison  régionale des jeunes.  Il y a eu un cas de vol des machines. Tout le monde avait suivi le débat sur les ondes de Radio Espace Foutah. Lui et certains de ses amis ont été même emprisonnés  par rapport à ces machines qu’ils ont payé.  Aujourd’hui pour occuper d’autres fonctions il faut afficher une position de neutralité. Samba Diouma Camara s’est levé d’un bon matin  avec des amis pour créer un mouvement de soutien au président de la République baptisé ‘’DOKEN ALPHA CONDE 2015 (littéralement soutenons Alpha Condé en 2015) dès après les jeunes ont dit qu’il a perdu l’honneur. Quelqu’un qui est chef du CECOJE  ne prend pas des orientations politiques pour les jeunes. Il préside tous les jeunes de Labé. Il ne lui est pas  interdit d’appartenir à un parti  politique en tant que militant. Samba est en train de chercher une notoriété. Il veut qu’on dise qu’il est en combat avec le député de Labé. Il veut fixer un prix pour Alpha Condé parce qu’il a  affaire avec le député de Labé et la première force politique du pays. C’est cette notoriété qu’il veut avoir et on ne va le lui donner.  Étant président du mouvement DJOKEN Alpha Condé 2015 à partir de la semaine prochaine il ne va plus présider le CECOJE et la Maison des jeunes, car les jeunes  de Labé ont décidé. Pour vous dire  que je suis au dessus de la mêlée, les premiers jeunes qui ont bénéficié  de l’appui du député quand je suis arrivée pour les vacances parlementaires, c’est Samba Camara en personne et le CECOJE.  J’ai donné une modeste somme de 500 000 GNF pour ma  part de contribution en ce qui concerne la sensibilisation contre l’épidémie d’Ébola. Cet argent est petit certes.  Je n’ai  rien contre Samba Diouma Camara. Qu’il reste tranquille.  Mais quand il veut s’engager en politique qu’il laisse la gestion du CECOJE et la Maison des jeunes à une tierce personne.

Pensez-vous qu’il est soutenu  dans ses actions par les autorités en place ?

Oui ! Ce que Samba Diouma Camara est en train de faire, est une pièce de rechange à des stratégies politiques des RPGistes qui ont échoué.  C’est l’union des Roundé et le Manden Djallon. Parce que ces stratégies ont échoué, ils sont en train de trouver une pièce de rechange, nous sommes au courant depuis longtemps que Samba est en train d’être utilisé par les autorités de Labé. Nous sommes même informé quand certaines autorités se déplacent en direction des préfectures, il est souvent mis devant.  Aujourd’hui les autorités veulent passer par lui pour organiser des ressortissants autour du mouvement DJOKEN Alpha 2015. Je crois que les gens de Tougué que nous avons rencontré, nous ont promis que les dans les prochains jours  ils feront tout  pour dire clairement à l’opinion que Samba Diouma Camara agit de façon solitaire.  Je sais qu’il bénéficie de l’appui de certaines autorités, mais nous restons vigilants. Du fait que je sois député uninominal de Labé  ne m’ôte pas ma casquette de responsable politique de l’UFDG.

Parlant de ce mouvement DJOKEN Alpha en  2015, est-ce que vous n’avez pas  peur   ?

MCB : L’UFDG n’a pas peur de ce mouvement (rires).  Ces gens, sont les mêmes personnes qui avaient dit Dadis ou la mort.  Je me rappelle Samba Diouma avait dit Dadis en 2010 s’il le faut même en 2030. Nous n’avons pas besoin de méthode rétrograde au 21 e siècle. Nous voyons tous comment le pays est en train de sombrer dans la misère.  À  chaque fois  que l’occasion se présente il y a une dizaine de jeunes comme Samba  qui profitent pour  avoir quelques muettes tant pis pour l’avenir de la nation et de la démocratie. Nous sommes convaincus que le régime d’Alpha est un régime en déliquescence.  Ça ne nous dérange nullement. Nous continuons nos activités.

En outre Samba Diouma Camara bénéficie d’une grande communication autour de son mouvement. Une chose invisible du côté de l’UFDG. Pensez-vous que cela ne pourra pas faire un impact sur le terrain?

MCB : Nous connaissons tout ce qui entoure aujourd’hui Samba Diouma Camara. C’est en ce sens que je dis il y a non seulement l’appui de certaines autorités  mais aussi des transhumants politiques. Qui, le matin sont des journalistes, à midi responsable de droits de l’Homme et le soir sont de la société civile alors que permanemment, ils sont des partis politiques. Il y a parmi eux des gens qu’hier était de l’UFD, à un moment ils sont venus dans le parti AFIA chez Docteur Saliou Balla et après cela, ils étaient en train de mettre un /des mouvement(s) à Diallo Sadakadji. Ils l’ont accompagné jusqu’à ce dernier s’est retiré du MSD avec son argent. Ce sont des personnes qui sont là et ont acheté même des cartes de membre du RPG arc-en-ciel avec leur famille. Ils sont  en train de porter  cette petite casquette mais Labé les connait. Ils seront démasqués et quand les masques vont tomber ils ne pourront plus continuer à nuire.  Je sais que Samba Camara bénéficie du soutien de certaines radios de la place. Il y a même des responsables et  directeurs de radios qui se sont  transformés à notre grande surprise en directeur de communication du RPG Arc-en-ciel ou en attaché de presse de certaines autorités de Labé. C’est un état de  fait que nous déplorons et que  nous allons combattre par nos idées. La presse est censée être neutre à ce que je sache et faire en sorte qu’il  y ait la paix et la quiétude dans la cité.

Au finish, récemment  des sites internet ont annoncé la démission d’El hadj Habib Fady votre ancien directeur de campagne de l’UFDG. Et à l’entame vous nous aviez dit que le parti se porte à ‘’merveille ‘’.

MCB : c’est ma première information. Il y a des gens qui m’ont appelé la matinée pour me dire qu’ils ont vu un article sur www.guineematin.com, si vous voulez que monsieur Habib Fady ne serait plus membre de l’UFDG. Je suis quand même surpris. Personnellement nous avons de très bonnes relations et avec tous les membres du bureau fédéral.  Vous avez même lu le communiqué qu’il a fait que l’UFDG est un parti républicain.  Ce ne sont que des mensonges.  Je suis quand même surpris de voir cet article sur le site.

Interview réalisée  par Sally Bilaly Sow correspondant Kabanews à Labé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.