Mamou : un automobiliste condamné à sept ans de prison ferme pour avoir percuté deux gendarmes

Un chauffeur de minibus a été reconnu coupable d’homicide, de coups et de blessures involontaires et de délit de fuite, et condamné à sept ans de prison ferme, au paiement d’une amande de dix millions de francs guinéens et au versement de cinq cent millions de francs guinéens à la famille du défunt et cinq millions cinq cent trente milles au gendarme qu’il a blessé lors d’une course-poursuite qui a mal tourné et abouti au décès de d’un second gendarme au titre de dommages. Le verdict a été rendu ce mardi 6 juin par le Tribunal de première instance (TPI) de Mamou après près d’une semaine de jugement.

Pour avoir percuté deux gendarmes le pourchassant suite à son refus de s’arrêter en mai dernier sur la nationale Dabola-Mamou, Mamadou Billo Diallo en provenance de Mandiana (Haute-Guinée) pour la capitale Conakry, se fera arrêté à Timbo (Mamou), à environ 25 kilomètres du lieu du drame. Poursuivi pour homicide, coups et blessures involontaires et délit de fuite, l’accusé avait plaidé coupable à l’ouverture de son procès. L’homme a expliqué que les gendarmes n’étaient pas à leur lieu habituelle et ne lui ont pas ordonné de s’arrêter. Ce n’est qu’après avoir dépassé leur stationnement que deux gendarmes se sont mis à le poursuivre à bord d’une moto.
Une fois parvenant à rattraper le véhicule de transport en commun, les deux agents tenteront de forcer le chauffeur à s’arrêter en se mettant devant lui. C’est là que le drame s’est produit : l’automobiliste les percute. L’un des gendarme décède sur-le-champ, alors que son camarade s’en sort grièvement blessé. Selon l’accusation, le chauffeur a volontairement percuté les deux gendarmes. Mais devant le tribunal qui a jugé l’affaire, l’accusé a donné une autre version des faits. D’après lui, les deux agents sont tombés devant le véhicule qu’il conduisait. Roulant à vive allure, a-t-il expliqué, il n’a pas pu maîtriser son véhicule. Apeuré par l’accident, il a ajouté avoir poursuivi sa route jusqu’à Timbo où il se serait présenté à la gendarmerie locale.
Une version contredite par la brigade de gendarmerie qui a essayé de le contrôler. L’accusé a refusé de se soumettre à l’ordre de s’arrêter, a témoigné un collègue des victimes. C’est ainsi que deux agents ont pris une moto pour le poursuivre. Sur les conditions de l’interpellation du chauffeur, là encore les versions diffèrent. Alors que M. Diallo a assuré s’être rendu à la gendarmerie de Timbo, les gendarmes ont soutenu qu’ils l’ont arrêté à la rentrée de cette sous-préfecture de Mamou. Aujourd’hui, justice a été rendue aux victimes, ce qui est plus important dans cette Guinée où de nombreux criminels courent toujours.
Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.