Mandat du CoNor prorogé : « nous n’avons pas intérêt à nous opposer aux décisions de la FIFA » (Lucien Guilao)

Le mandat du comité de normalisation (CoNor) de la fédération guinéenne de football a été prorogé jusqu’au 30 avril 2023, soit 10 mois. L’annonce de cette prorogation a été faite par la FIFA à travers un courrier transmis à la fédération guinéenne de football.

Joint sur la question, l’ancien international du Syli national, Lucien Guilao, a bien voulu nous livrer son opinion. Lisez !  

Mediaguinee : Quel regard portez-vous sur l’acte de la FIFA qui prolonge le mandat du CONOR de dix (10) mois ? Est-ce que vous êtes satisfait de la gestion du CONOR ?

Lucien Guilao : Écoutez, en lisant le courrier on retient un certain nombre de choses. Premièrement, on se rend compte qu’il s’agit d’une décision bien mûrie. Deuxièmement, on constate que le conseil de la FIFA nous précise bien clairement que c’est lui qui a installé le CONOR et que ce CONOR travaille en étroite coopération avec la FIFA. Troisièmement, il apparaît clairement que le CONOR a consulté les membres de la Féguifoot et que suite à ce vaste processus de consultations ils sont arrivés à la conclusion qu’une révision des statuts et du code électoral étaient primordiales. Quatrièmement,  on se rend compte que plusieurs préalables au congrès électifs étaient nécessaires. Vous vous souviendrez que lors de l’assemblée générale extraordinaire de l’année dernière, les présidents du Hafia et de l’ASK s’étaient abstenus de voter, parce qu’il y avait non seulement des cas de conflits d’intérêt  mais aussi parce que les élections qui avaient étaient faites au niveau des ligues et membres affinitaires n’étaient pas réglementaires tout simplement parce qu’elles n’avaient pas été organisées,  supervisées par la commission électorale qui, au moment de ces élections n’existaient pas. Ceci dit, il faut que le monde de football sache raison gardée. Nous n’avons pas intérêt à nous opposer aux décisions de la FIFA. Plus il y a la grogne, plus la transition sportive dure. Les statuts de la FIFA sont à respecter aux risques de sanctions bien plus sérieuses que la mise en place d’un CONOR.

Est-il possible de porter plainte auprès du tribunal arbitral du sport TAS ?

Chacun fait ce qu’il veut mon cher ami. A mon humble avis, la question qu’il faut se poser est celle de savoir si le TAS traite des sujets de normalisation à partir de l’instant où la mise en place des CONOR permet de ramener les fédérations sur le droit chemin.

Source;Mediaguinee.org

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.