Manif contre la crise à l’éducation : Boureima Condé sort ses dents !

Il y a eu un vent de manifestation sur toute l’étendue du territoire nationale pour exiger du gouvernement la réouverture des classes, après une crise dans le secteur qui perdure depuis trois semaines. La panique s’est instaurée au sein de ce gouvernement, lequel dit concéder au-delà des revendications syndicales (relèvement de la pension de la retraite).

De l’autre côté, Boureima Condé sacrifie les présidents des délégations spéciales de Conakry, notamment celui de Dixinn et de Kaloum. A ceux-ci, des demandes de marches pacifiques avaient été adressées mais très vite rejetées, parce que selon Boureima, « non justifiée ». Partant, « personne n’est autorisée », or « la marche doit être règlementée ». Le ministre sort ses dents et dénonce ce qu’il appelle « des mauvais esprits » qui veulent semer des troubles. C’est pour cela, il dit réquisitionner les forces de l’ordre pour mater tous manifestants. Il était hier soir sur les ondes de la télévision nationale. On y reviendra…

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.