Manif du FNDC : Des balles perdues causent des dégâts à Hamdallaye, une femme échappe de justesse !

Bien que la manifestation du FNDC de ce mardi 29 septembre, qui appelé ses partisans à une protestation contre un 3ème mandat pour Alpha Condé, n’a pas connu une grande mobilisation, les forces de l’ordre n’hésitent pas à tirer des balles réelles tard dans la soirée.

Au quartier Hamdallaye dans la Commune de Ratoma, des tirs à balles réelles ont été entendus dans la soirée du mardi, causant des dégâts matériels. Une jeune dame a échappé de justesse à une balle perdue.

« Il était 19 h, moi j’étais couchée ici au salon. J’ai été surprise quand j’ai entendu des tirs une balle a percé le toit de notre maison pour tomber tout près de moi. Couchée à terre, j’ai échappé de justesse, parce que la balle est tombée à quelques centimètres de moi. », a relaté dame Ramatoulaye Diallo sous le choc.

Poursuivant, Mme Diallo exprime des inquiétudes et interpelle les forces de sécurité guinéennes sur la nécessité d’assurer la sécurité des paisibles citoyens, parfois qui ne prennent même pas part aux manifestations du FNDC.

« C’est inquiétant lorsque vous n’êtes à la maison tranquillement, vous n’êtes pas à une quelconque manifestation et des balles vous trouvent à la maison. Imaginez si cette balle avait touché quelqu’un. Qu’est ce qui pouvait arriver ? Dieu merci il n’ya pas eu de blessé, mais nous sommes inquiets», a laissé entendre la jeune dame au micro de Kababachir.com

Interrogé sur le sujet, un défenseur des droits de l’homme invite les forces de sécurité au respect des droits humains dans les opérations de maintien d’ordre.

Mamadou Kaly Diallo, activiste droits de l’homme, chargé des relations entre le programme démocratie sans violences-Baillonnette Intelligente et la Plate forme des Jeunes de l’Axe pour la Démocratie et le Développement, appelle les forces de l’ordre à plus de responsabilités dans les opérations de maintient d’ordre :

« Je condamne avec la dernière énergie l’usage des balles réelles surtout à 19 heures où la manifestation est déjà terminée. C’est une violation des droits de l’homme et les principes de maintien d’ordre qui s’arrête à 18 heures. J’appelle les forces de l’ordre au respect des principes républicains, dans leurs opérations de maintien d’ordre et de rétablissement d’ordre. Cela est très important parce que la vie humaine est sacrée. », a-t-il laissé entendre.

« C’est vrai qu’aujourd’hui, nous assistons à une violation systématiques des droits de l’homme, mais au niveau des forces de l’ordre, il y a ceux qui sont républicains. Mais comme vous le savez, nous sommes aussi face à un phénomène d’instrumentalisation. Et je pense qu’il faut qu’on mette en avant la stabilité, la paix dans le pays. », a fait remarquer cet activiste des droits de l’homme.

S’agissant du début de la campagne électorale, cet activiste des droits de l’homme ne cache pas son inquiétude tant au niveau des discours des acteurs politiques que les violences verbales et parfois même physiques avant de lancer un appel pressant aux acteurs politique de tout bord :

« Comme en 2010, avec cette fameuse ‘’eau empoisonnée’’, ça nous inquiète. Toutefois, je pense que les citoyens doivent avoir conscience et miser sur les projets de société des différents candidats et refuser systématiquement l’instrumentalisation. Alors que nous avons des défis énormes, notamment l’accès aux services sociaux de base, et tant d’autres ».

Propos recueillis par Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.