Manif empêchée : quelle suite pour la plainte de l’UFDG ?

« Nous allons porter plainte contre les officiers qui ont empêché une manifestation autorisée par la Constitution. » C’est une promesse de Dalein Diallo, faite samedi, au siège de l’UFDG. On ne sait pas trop quelle sera la suite à donner à cette fameuse plainte. Le président de l’UFDG parle comme s’il est étranger.

Il oublie littéralement que le parti a déposé bien des plaintes liées à des morts d’hommes, à des destructions d’édifices, etc. sans jamais bénéficier de la moindre attention de la part de l’Etat. Peut-être estime –t-il que cette fois-ci c’est la bonne. C’est vraiment vite oublier mais surtout mal connaitre l’intention du régime en place. En effet, plus d’une soixantaine de personnes ont péri sous ce régime, des dégâts incommensurables orchestrés, etc. la suite ? Rien. On déplore et on condamne. Point, trait. La page se tourne, le lendemain on récidive. Parler donc aujourd’hui de plainte, c’est comme si Dalein nous soumet à une honteuse rengaine.

Ce gouvernement-là, est sourd. Ce régime-là vise des résultats macabres. Cette justice-là est aux ordres. Mais, dans tout cela, où est Dalein ? Amnésique, peut-être…

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.