Manif et bavures : les forces de l’ordre ont-elles tiré à balles réelles?

Selon l’opposition, les forces de l’ordre ont tué encore une fois de plus.

De l’avis de Lansana Kouyaté, « Pour éviter le bain de sang, il faut que les fusils ne soient pas utilisés. On a utilisé des armes à feu, tout le monde l’a constaté. Il y a eu un mort au moins, une trentaine de blessés et ce ne sont pas des militaires qui sont blessés, ce sont des manifestants. Il n’y a plus de droit de manifester dans un pays qui se veut démocratique. » Et d’ajouter, comme pour démentir le ministre de la Sécurité, «Il suffit de demander aux hôpitaux et aux cliniques privées, les personnes blessées qui ont été reçues, si ce sont des blessures à balles réelles ou pas. »

Faux, réplique Alpha Condé dans une interview qu’il a accordée à la VOA. Pour le président guinéen qui soutient sans encombre les tueurs à la gâchette facile, « Ce n’est pas vrai. L’armée est casernée. La gendarmerie et la police n’ont que des armes non-létales, du gaz lacrymogènes. Par contre, des civils tirent sur les gendarmes avec des fusils de chasse. Je ne sais pas d’où viennent ces informations. Il n’y a pas un seul mort dans les hôpitaux. Nous faisons du maintien de l’ordre civilisé. »

Ce qui veut dire qu’il est en porte à faux avec le porte-parole de son gouvernement, lequel estime qu’il n’est pas exclue que des armes aient été utilisées, sans trop de commentaires. Et sans accuser ni manifestants, ni forces de l’ordre. De son côté la Gendarmerie soutient que si les forces de l’ordre ont usé d’armes, l’accusé sera entendu. Mais, nous connaissons la suite.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.