Manif pacifique : 8 personnes interpellées déférées au Tribunal

« Huit personnes sont interpellées dans les communes de Matoto, Matam et Kaloum. Elles seront déférées au Tribunal de Mafanco et au Tribunal de Première Instance de Kaloum. »

Le porte-parole du gouvernement intervient ainsi au moment même où les opposants invitent leurs militants à continuer les manifestations ce mardi, dans toutes les Communes de Conakry. Or, selon Damantang Camara, « la situation semble maîtrisée par les forces de l’ordre qui tentent de débarrasser les artères jonchées de pierres en haute banlieue notamment. » Il ajoute dans un communiqué que l’hôpital Jean Paul II n’a aucun patient, tandis que Donka accueille 4 blessés dont 2 par balles et un gendarme. Au niveau de la clinique Mère et Enfants de Kipé il dénombre 6 blessés dont 4 par balles. Le gouvernement dément par ailleurs l’usage par les policiers et gendarmes d’arme à feu. Ce n’est pas inédit. Seulement, il omet de dire qu’il infiltre des contre manifestants contre les militants de l’opposition.

Néanmoins, « le Gouvernement regrette les propos réitérés aujourd’hui par des leaders de l’opposition qui continuent à appeler à la violence et à l’insurrection. Le gouvernement invite l’ensemble des acteurs politique à la retenue et à plus de responsabilité. Le Gouvernement réitère sa ferme volonté de réunir toutes les parties autour de la table pour une concertation. » Mais, insiste-il, sans préalable. Et c’est bien là que le bât blesse.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.