Manifestation des anciens employés de la Croix rouge à Conakry

c Un groupe d’anciens employés de la Fédération internationale de la croix rouge (FICR) et du Croissant rouge a manifesté ce lundi 19 décembre devant le siège de l’organisation au quartier de la Minière dans la commune de Dixinn (banlieue de Conakry). Recrutés principalement lors de la riposte à l’épidémie d’Ebola en 2015, ces chauffeurs dénoncent les conditions de leur licenciement qu’ils jugent arbitraires et le non versement de leurs primes de risque.

Selon Koundouno David, un des porte-paroles des protestataires, ce licenciement est survenu après que les travailleurs aient demandé le versement de leurs primes censées accompagner leur engagement dans cette mission particulièrement à risque et les heures supplémentaires. «Ils nous ont envoyés en mission, on ne nous a donné que dix jours de frais d’hébergement. Lorsqu’on a demandé, ils nous ont dit qu’à notre retour ils vont essayer de nous régler mais cela n’a pas été le cas. Quand on leur a adressé un courrier, ils nous ont licencié directement», a-t-il rappelé.

Cette affaire est un cas parmi tant d’autres dans les entreprises ou organisations évoluant en Guinée. Le seul fait de revendiquer son droit vaut à l’employé d’être licencié. Mais ces anciens employés de la Croix rouge n’entendent pas baisser les bras. Depuis leur licenciement il y a plusieurs mois, ils ont entrepris des démarches auprès des autorités compétentes pour tenter d’obtenir gain de cause. Le dossier se trouve au niveau de la justice.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.