Manifestation contre la junte: El hadj Mamoudou Diallo, un militant de l’UFDG activement recherché

Alors que l’opposition politique et la Société civile comptent multiplier les actions sur le terrain pour faire plier la junte militaire, qui avait renvers Alpha Cond, le 5 septembre 2021, et qui s’accroche au pouvoir, un jeune militant de l’UFDG est activement recherché.

El hadj Mamoudou Diallo, militant influent de l’UFDG, la principale formation politique de l’opposition guinéenne, qui s’est montré très actif dans les manifestations politiques des dernières semaines est visé par les autorités de la transition.

Selon nos informations, ce jeune activiste politique, qui a échappé à plusieurs reprises à des arrestations par les forces de défense et de sécurité, n’a pas fait d’apparition publique depuis une dizaine de jours.

Une situation qui inquiète ses proches qui se demandent si quelque chose lui est arrivé après la vague d’arrestations des militants pro-démocratie au lendemain des manifestations du 28 et 29 juillet dernier et les jours qui avaient suivis, étant donné qu’il l’un des organisateurs.

Interrogé un membre du FNDC, qui a requis l’anonymat, avec qui il était au lendemain de la manifestation apporte quelques précisions.

« Ce que je sais, ce qu’après la descente musclée des militaires à son domicile à Wanindara où la concession familiale avait été complètement saccagée par des hommes en uniformes, il n’y était pas. On était caché ensemble dans un endroit. Ce jour-là d’ailleurs on a échappé de justesse à une arrestation. Après lui, il a changé de quartier estimant que là où on était caché était trop exposé. Il nous a laissé pour aller ailleurs. Depuis lors, on ne s’est pas vu mais je l’ai appelé deux fois. Mais son téléphone ne passe plus. Sa famille ayant quitté le domicile après que les agents de force de défense et de sécurité ont saccagée la maison familiale, je n’ai pas ses nouvelles », relate MSD.

El hadj Mamoudou Diallo (UFDG) et Abdourahmane Sano (FNDC)

 Selon une source proche de la famille de ce jeune contactée par Kababachir.com, des hommes armés ont fait une descente musclée au domicile de ce jeune activiste politique, qui pour l’instant reste invisible.

Alpha Diallo, un de ses proches, qui s’est prêté à nos questions, explique : « Depuis 18 heures, deux pick-up de gendarmes ont perquisitionné notre domicile.  Ils ont créé une panique dans notre quartier ici à Wanindara. Certains jeunes ont fui. Moi aussi je me suis caché. Ils sont retournés dans un premier temps. Le soir, vers les 21 heures, deux sont revenus en civil pour demander à une veille femme le domicile de El hadj Mamoudou Diallo. Mais les enfants avaient déjà aperçu les pick-up stationnés au carrefour. Ce qui fait que mon cousin, qui est connu dans la politique a été alerté, comme les autres jeunes qui se préparaient pour une mobilisation pour la marche du FNDC ».   

Face au musellement de ses militants et la militarisation de l’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa-Wandidara, fief de l’opposition politique, la Direction de l’UFDG, le parti de l’ancien premier ministre Cellou Dalein Diallo, devenu principal opposant de la junte militaire, dénonce les menaces et les intimidations de ses partisans.

Des militants de l’UFDG au sortir d’une réunion du parti

Fodé Oussou Fofana, Vice-président de l’UFDG, qui s’est exprimé ce matin, dans les ondes d’une radio locale, accuse le CNRD d’un agenda caché dans la gestion de la transition : « Ces agitations de la junte militaire n’est rien d’autre que de faire taire les militants pro-démocratie,  afin de s’accrocher au pouvoir. Voyez aujourd’hui, ils ne parlent pas d’élections et ne font que faire fuir les acteurs politiques et de la société civile afin de se maintenir au pouvoir. Une situation d’ailleurs qui fait fuir les investisseurs étrangers. Regardez aujourd’hui, ces personnes tuées par balles à chaque manifestation et les multiples arrestations sans parler des dégâts matériels enregistrés lors des manifestations », déplore l’ancien député.

Mais, privient Fodé Oussou Fofana, « nous ne reculerons pas. Il faut que le Colonel Mamadi Doumbouya et son clan comprennent qu’on n’acceptera pas qu’ils prennent le pays en otage. Nous voulons une transition plus courte que possible qui débouchera sur des élections libres, transparentes et crédibles », a indiqué le Vice-Président de l’UFDG.

Alors qu’on n’a toujours pas de nouvelles de ce militant de l’UFDG et certains membres de sa famille, qui auraient pris la poudre d’escampette, le parti de Cellou Dalein Diallo prend à témoin l’opinion nationale et internationale, sur les intimidations et la persécution des membres de sa famille politique par la junte militaire.

Une maison saccagée par les forces de sécurité lors d’une manifestation

Interrogé sur une possible arrestation de ce jeune activiste politique, le Colonel Mory Kaba, Responsable de la Communication de la police nationale, n’a pas voulu commenter cette information. Il nous a dit au bout du fil, sans se soucier du bilan macabre des manifestations qui ont coûté la vie à une dizaine de personnes, que ‘’les services de sécurité assurent le maintien d’ordre dans la cité dans le strict respect de la loi, et ne pourraient tolérer les dérapages.’’

Aux dernières nouvelles, la famille politique et biologique d’El hadj Mamoudou Diallo restent toujours sans nouvelle du jeune activiste.

Affaire à suivre….

Idrissa Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.