Marche du 10 août : voici ce que fera le gouvernement…

« Si la manifestation est maintenue et qu’elle est autorisée, les forces de sécurité prendront les dispositions d’usage pour éviter tout débordement et permettre à ceux qui ne manifestent pas de vaquer à leurs occupations. »

Il n’est pas sûr que la marche du 10 août soit autorisée. Mais Damantang Camara note que le gouvernement est responsable de la sécurité de plus de dix millions de Guinéens sur toute l’étendue du territoire. Ceci dit, « Lorsque des citoyens décident de mobiliser des centaines, voire des milliers de personnes dans des circonstances particulières, la Loi leur impose de prendre toutes les mesures nécessaires pour sécuriser cette manifestation. Les services publics de sécurité sont là pour s’assurer que ce dispositif de sécurité mis en place par les organisateurs rempli correctement sa mission. »

Et d’égratigner les opposants marcheurs au micro des confrères : « Il a fallu combien de manifestations qui dégénèrent pour que, cette fois, les opposants décident de mettre en place un véritable service d’ordre ? Il est sidérant de constater qu’ils sont capables de mobiliser 1500 agents et de les former. Pourquoi ne l’ont-ils jamais pour les manifestations précédentes ? »

Oublie-t-il vraiment que la sécurité est assurée par l’Etat ? Que font toutes ces forces anti émeutes qui pullulent dans les camps de la gendarmerie e de la Police nationales ? C’est quand même bien regrettable que ce raisonnement émane d’un ministre du genre. Reconnu jusqu’à une date récente comme l’un des plus pondérés, Damantang Camara verse désormais dans le zèle et les discours va-t-en-guerre. Il pense ainsi servir son bienfaiteur déjà éloigné de la crise politique que lui-même a créée.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.