Marche contre l’insécurité: La société civile se déchire à nouveau

La marche de ce jeudi 19 février contre l’insécurité, à l’appel du CNOSC, (conseil national des organisations de la société civile) ne fait pas l’unanimité. Loin s’en faut. Certaines plates-formes se désolidarisent de l’initiative. C’est le cas du conseil national des organisations de la société civile pour la démocratie et le développement.

Salmana DIALLO, le président de cette structure dénonce une certaine récupération: « La marche de jeudi n’aura aucun impact parce que ce sont pas les faitières qui sont là. Il s’agit d’une simple récupération. Le groupe qui prétend organiser cette marche, c’est le même qui a récupéré le CNOSC. Je rappelle que ce groupe a humilié Thierno Aliou DIAOUNE qui a beaucoup fait pour la société civile. Ces gens ont été ingrats vis-à-vis de lui. C’est dommage qu’il profite aujourd’hui de l’assassinat de ce grand homme pour se positionner. Et puis la marche de ce jeudi n’engage pas toutes les plates-formes de la société civile. Nous du conseil national des organisations de la société civile pour la démocratie et le développement ne sommes pas associés tout comme bien d’autres structures, j’en suis sûr » a expliqué Salmana DIALLO dans un ton teinté de colère.

Faut-il rappeler que la municipalité de Kaloum a annoncé son opposition à la tenue de la marche de la société civile. Mais Dansa KOUROUMA, le président du CNOSC n’entend pas se plier à cette décision.  

 Oumar Rafiou DIALLO, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.